COMMUNIQUÉ : Des communautés partout au Canada observent la 11e veille annuelle de Sœurs par l’esprit du 4 octobre pour honorer les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées

nwac_logo_en_fr_split-new  sis_black-ring_logo

le 4 octobre 2016 (Ottawa, Ontario) – Partout au Canada des communautés tiennent des veilles pour honorer et commémorer la vie des femmes et des filles autochtones disparues et assassinées dans le cadre des veilles annuelles de Sœurs par l’esprit.

Pendant 11 ans, depuis 2006, les membres de familles éprouvées par la perte d’un être cher, les membres de communautés et les citoyens que ce problème préoccupe se rassemblent le 4 octobre pour organiser des veilles à la chandelle, des rassemblements et des festins communautaires pour honorer nos sœurs, filles, mères, guérisseuses, éducatrices et dirigeantes perdues.

La veille annuelle de Sœurs par l’esprit du 4 octobre du l'année 2015.
La veille annuelle de Sœurs par l’esprit du 4 octobre du l’année 2015.

« Je veux reconnaître la force et la résilience des dirigeantes autochtones partout au pays qui ont créé et fortifié ce mouvement de changements social en exerçant des pressions chaque année sur les gouvernements pour qu’ils agissent face aux taux alarmants de violence envers les femmes et les filles autochtones », dit la présidente intérimaire de l’AFAC, Francyne Joe. « Cette année, les veilles de Sœurs par l’esprit du 4 octobre revêtent une importance cruciale, alors que nous portons notre attention et nos attentes à l’égard du travail de l’enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées. »

Les premières veilles de Sœurs par l’esprit du 4 octobre ont eu lieu en 2006; l’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) avait alors entrepris une recherche détaillée relativement aux taux alarmants de violence envers les femmes et les filles autochtones au Canada, sous la bannière du projet de recherche et de politiques Sœurs par l’esprit, financé par Condition féminine Canada. La base de données qui en est résultée a permis de constater que plus de 582 femmes et filles autochtones avaient été victimes de meurtre ou portées disparues au Canada; ce chiffre a par la suite été porté à 1 181 personnes avec la publication du rapport de la GRC en 2014.

L'aînée algonquin Annie Smith St. George à la veille du 4 octobre du l'année 2015.
L’aînée algonquin Annie Smith St. George à la veille du 4 octobre du l’année 2015.

Près de 100 communautés à l’échelle du Canada tiendront des veilles de Sœurs par l’esprit du 4 octobre, cette année, illustrant la force et le leadership des femmes, des familles et des communautés autochtones dans leur appui aux membres des familles éprouvées et la sensibilisation du public à cette crise tragique de la société canadienne.

L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) est solidaire des nombreuses communautés qui observent des veilles du 4 octobre, aujourd’hui, dans la lutte contre la violence et les injustices infligées à nos femmes et filles autochtones.

 

L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) est fondée sur l’objectif commun d’améliorer, de promouvoir et de favoriser le bien-être social, économique, culturel et politique des femmes des Premières Nations et des Métisses au sein des sociétés autochtones et de la société canadienne. À titre d’organisme national qui représente les femmes autochtones depuis 1974, l’AFAC a pour mandat d’accomplir l’égalité pour toutes les femmes autochtones au pays.

– 30 –

Pour obtenir plus d’information, s’adresser à :

Dan Peters
Directeur général intérimaire
1, rue Nicholas, 9e étage
Ottawa, ON  K1N 7B7
Téléphone : 613-722-3033, poste 249
Sans frais : 1-800-461-4043
Courriel : [email protected]