L’AFAC fait appel à tous les députés fédéraux pour qu’ils appuient le projet de loi S-212, afin d’assurer la représentation égale de femmes et d’hommes autochtones dans la structure de gouvernance des grandes institutions économiques du Canada

COMMUNIQUÉ – PUBLICATION IMMÉDIATE

OTTAWA (Ontario), le 31 juillet 2014 – L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) appuie entièrement le projet de loi S-212, présenté par la sénatrice Céline Hervieux-Payette, visant à moderniser la représentation équilibrée des femmes et des hommes dans la composition des conseils d’administration de certaines personnes morales, institutions financières et sociétés d’État mères.

L’AFAC applaudit Mme Hervieux-Payette pour le dépôt du projet de loi S-212 et demande à tous les partis politiques et à tous les députés fédéraux de l’appuyer. L’appui au projet de loi S-212 apportera équité et égalité aux grandes entités économiques décisionnelles du Canada et portera ses fruits par la production de résultats solides et néanmoins durables. « Le projet de loi S-212 ne va toutefois pas assez loin », de dire la présidente de l’AFAC, Michèle Audette. « Le projet de loi S-212 devrait demander également que la composition de ces prestigieux conseils d’administration canadiens comprenne aussi un nombre égal d’Autochtones, particulièrement de femmes autochtones hautement qualifiées. S’il y a des femmes autochtones qui sont membres des conseils d’administration parmi les 500 plus grandes entreprises, sociétés d’État et autres agences gouvernementales canadiennes de premier plan, nous sommes certaines qu’elles sont très peu nombreuses. En grande partie, pourtant, le travail de ces entreprises et sociétés rentables a des répercussions sur la vie et le bien-être des Autochtones », d’ajouter Mme Audette.

Signataire d’une entente dans le cadre de la Stratégie de formation pour les compétences et l’emploi destinée aux Autochtones (SFCEA), l’AFAC est d’accord avec sa présidente en ce qui concerne les avantages que comporte la présence de femmes à la direction d’entreprises. Les partenariats pour la formation et l’emploi que l’AFAC a conclus avec des sociétés et autres institutions dirigées par des femmes démontrent qu’elles sont de remarquables partenaires, qui embauchent des clientes de l’AFAC qualifiées et travaillantes.

La présidente de l’AFAC, Michèle Audette, a déclaré de plus : « Selon mon expérience, lorsque les femmes sont représentées également dans la gouvernance de sociétés ou lorsqu’elles tiennent des rôles dans la haute direction, les entreprises et les sociétés maintiennent leur degré élevé de rentabilité. Lorsque nous parlons de parité et d’égalité, nous devons donc parler aussi de l’inclusion des Autochtones à tous les niveaux, en particulier celui du conseil d’administration, où d’importantes décisions sont prises, et surtout lorsque les sociétés en question font des affaires qui engendrent des profits considérables tirés de nos territoires. »L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) est fondée sur le but collectif d’améliorer, de promouvoir et de favoriser le bien-être social, économique, culturel et politique des femmes autochtones (Premières Nations et Métisses) au sein de leurs propres sociétés et de la société canadienne. À titre d’organisme national qui représente les femmes autochtones depuis 1974, l’AFAC a pour mandat de réaliser l’égalité pour toutes les femmes autochtones au Canada.

– 30 –

Pour obtenir plus d’information, contacter :

Claudette Dumont-Smith Directrice générale
Téléphone : 613-722-3033, poste 223
Sans frais : 1-800-461-4043

14.07.31 NWAC demande à tous les Membres du Parlement de soutenir le Projet de loi S-212

 

Please follow and like us: