L’AFAC se souvient de Bertha Clark Jones, une leader fondatrice

COMMUNIQUÉ DE PRESSE – POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

(Le 22 octobre 2014) (Ottawa, ON) – L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) est plongée dans une grande tristesse par le décès de Bertha Clark Jones le 21 octobre 2014. Une Métisse remarquable, Madame Clark Jones a défendu les droits et l’égalité des peuples autochtones, a servi le Canada à titre de membre de l’Aviation canadienne et fut l’une des fondatrices et la première présidente de l’AFAC.

Sa jeunesse ne fut pas exempte de difficultés et d’épreuves. Elle a grandi dans le nord de l’Alberta au sein d’une famille nombreuse durant la grande crise de 1929. C’est là qu’elle apprit de ses parents et grands-parents la détermination et l’éthique du travail acharné qu’elle mettra à profit plus tard dans la défense des droits de la personne.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, elle a servi dans l’Aviation royale canadienne. Son expérience militaire l’a amenée à plaider la cause des vétérans autochtones afin qu’ils soient traités équitablement. Elle nous laisse un riche héritage en ce qui a trait à l’avancement des droitsde la personne au Canada. Dans le cadre de la défense des femmes autochtones, elle a cofondé la Voice of Alberta Women (VANW) et a aidé l’organisme dans sa représentation des femmes autochtones avec ou sans statut. Au cours des années, la VANW est devenue l’Association des femmes autochtones du Canada et, grâce à Bertha Clark Jones, l’AFAC poursuit sa mission de défense des droits et de l’égalité pour les femmes autochtones du Canada. En 2007, Bertha Clark Jones a vu ses efforts pour améliorer les conditions de vie récompensés en recevant le prix d’excellence Indspire pour l’ensemble de ses réalisations.

Selon Michèle Taïna Audette, présidente de l’AFAC, « Bertha Clark Jones est une source d’inspiration pour nous toutes. Elle demeure un modèle d’habilitation pour les femmes autochtones et sa vie témoigne des changements incroyables que nous pouvons apporter à la société. Elle nous manquera terriblement, mais nous travaillerons de façon acharnée afin d’honorer l’héritage de justice sociale qu’elle nous laisse. »

L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) vise un but collectif : favoriser, promouvoir et encourager le bien-être social, économique, culturel et politique des femmes des Premières nations et métisses au sein des sociétés des Premières nations, métisses et canadiennes. À titre d’organisation nationale représentant les femmes autochtones depuis 1974, le mandat de l’AFAC est d’obtenir l’égalité pour toutes les femmes autochtones au Canada.

– 30-

Pour plus de détails, veuillez communiquer avec :

Claudette Dumont-Smith, Directrice générale
Tél. : 613-722-3033
Sans frais : 1-800-461-4043
[email protected]

12.10.23 L’AFAC se souvient de Bertha Clark Jones, une leader fondatrice

Leaders of National Aboriginal Organizations and Provincial and Territorial Representatives set date and start planning for a National Roundtable on Murdered and Missing Women

(EN ANGLAIS SEULEMENT)

Membertou, NS – October 22, 2014 – Today leaders from National Aboriginal Organizations and Northwest Territories Premier Robert McLeod, along with Ministers and officials from Provinces and Territories met to prepare for a National Roundtable on murdered and missing Indigenous women.

This meeting was a tangible step forward on the Roundtable. All present agreed that the National Roundtable will take place in February 2015 to coincide with an upcoming meeting of the Aboriginal Affairs Working Group and recognized the urgency of this issue including the need to collectively move forward on solutions. The focal point of the roundtable is preventing and addressing violence including the most extreme cases that result in missing and murdered Indigenous women.

The Roundtable will bring together Indigenous leaders and representatives, Provincial and Territorial Ministers. Federal Ministers will formally be invited to the Roundtable.

This meeting builds on a commitment between Premiers and National Aboriginal leaders made in Charlottetown on August 27, 2014 to support convening a National Roundtable discussion with the federal government on the issue of missing and murdered Indigenous women.

Organizations represented in the meeting include: the Assembly of First Nations (AFN), Métis National Council, Congress of Aboriginal Peoples, Inuit Tapiriit Kantami, Native Women’s Association of Canada (NWAC), Les Femmes Michif Otipemisiwak / Women of the Métis Nation, and Pauktuutit Inuit Women of Canada.

“Creating safe, healthy and thriving communities is a priority for First Nations across Canada, and we are working to ensure concrete action to end violence against Indigenous women and girls,” said AFN Regional Chief Morley Googoo who participated in the National Aboriginal Women’s Roundtable (NAWS) this week as well as preparatory meetings for the National Roundtable. “Bringing all parties together to build on existing recommendations and to confirm action and implement solutions to address the root causes of why so many Indigenous women remain vulnerable is essential as we move forward.”

« NWAC is pleased that the issue of violence against Aboriginal women and girls is being recognized as an urgent matter that requires a collaborative approach involving the community, the provincial/territorial and federal governments. NWAC is committed to working towards the elimination of all forms of violence towards Aboriginal women and their girls », said Native Women’s Association Vice-President Dr. Dawn Harvard.

“The Métis Nation is pleased with the progress made today by Aboriginal Leaders, Premier McLeod and provincial and territorial Ministers in moving forward in a formalized process which will lead to a national roundtable convened to address the critical issue of murdered and missing Aboriginal women and girls » stated President Clément Chartier of the Métis National Council.President of Women of the Métis Nation, Melanie Omeniho, stated, « I am particularly pleased that this monumental step was taken on the final day of the NAWS IV gathering here in Membertou signifying a real and positive agreement by both Aboriginal and non-Aboriginal leaders to take a pro-active approach, taking into account the decisions of the gathering which I believe will help guide the deliberations which will be undertaken by the proposed round table. »

Congress of Aboriginal Peoples National Chief Betty Ann Lavallée “We are committed to taking all action to support the safety of our women, children, men and boys. I commend the provinces and territories for standing with us and want to particularly thank Premier McLeod for his leadership. It is time for the federal government to join us and work together to prevent and end violence in all of its forms.”

Rebecca Kudloo, President of the Inuit Women’s Association of Canada, also representing at the meeting Terry Audla, President of Inuit Tapiriit Kanatami, said “The outcome of today’s meeting is a very positive development in working together to end violence against Inuit women, girls and children. Violence is at crisis levels in many of our communities, which lack basic essential services that are taken for granted in most of Canada. We look forward to working with the provinces and territories, and hope that our federal partners will join us as well.”

Terry Audla, President of Inuit Tapiriit Kanatami, added “Canada has to rise as one big community to tackle violence that is ruining so many lives and families and preventing us from building better future for our children across Inuit Nunangat. I thank and commend Pauktuutit for its dedicated work on these issues over the last 30 years. ”

Premier Robert McLeod, from the Northwest Territories chaired this initial planning meeting and stated “This was a very positive step and I am encouraged by the support of attending Ministers and Leaders. We all recognized the need to bring people together so we can focus on the action required and look forward to further engagement with National Aboriginal Organizations, and provincial, territorial, and federal Ministers.”

For further information:

Assembly of First Nations: Jenna Young, AFN Communications Officer 613-241-6789, ext 401, 613-314-8157 or [email protected]

Les Femmes Michif Otipemisiwak / Women of the Métis Nation: Ke Ning, 613-297-5193 or

[email protected]

Congress of Aboriginal Peoples: Jim Devoe, Chief Executive Officer, 613-668-0451 or [email protected]

Inuit Tapiriit Kanatami: Erin Filliter, Director of Communications, 613-327-0718 or [email protected] Pauktuutit Inuit Women of Canada: Tracy O’Hearn, Executive Director, [email protected]

Native Women’s Association of Canada: Claudette Dumont-Smith, Executive Director, (613) 722-3033 ext. 223, [email protected]

14.10.22 Joint Statement on National Roundtable

L’AFAC lance son rapport – L’exploitation sexuelle et la traite des femmes et des filles autochtones : revue de la littérature et entrevues auprès d’intervenants-clés

COMMUNIQUÉ DE PRESSE – POUR DIFFUSION IMMÉDIATE 

(15 octobre 2014) (Ottawa, Ontario.) – L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) vient tout juste de publier son rapport exhaustif sur la traite des femmes et filles autochtones du Canada à des fins d’exploitation sexuelle. Le rapport fait partie d’un groupe de plusieurs rapports ayant été financés par la Fondation canadienne des femmes, en plus de son Rapport national du groupe de travail. Pour accéder à tous ces rapports, visitez le : http://canadianwomen.org/reports/trafficking

Le rapport de l’AFAC est axé sur les solutions et fournit de nombreuses recommandations et pratiques visant à prévenir la traite des personnes et à aider les femmes et filles autochtones à quitter des situations d’exploitation sexuelle. Ce rapport jette aussi un regard sur la nature des vulnérabilités des femmes et filles autochtones vis- à-vis la traite des personnes et explore les facteurs sociaux importants qui contribuent à leur surreprésentation dans la traite des personnes au Canada. Les fournisseurs de services, le gouvernement et ceux étant impliqués et qui soutiennent les femmes et filles autochtones exploitées trouveront cette ressource précieuse pour des idées, stratégies et recommandations.

Ce rapport inclut une revue de littérature exhaustive, des entrevues avec des intervenants- clés et des sondages. L’AFAC a recueilli des informations et des témoignages auprès de femmes survivantes, de fournisseurs de services, de fonctionnaires judiciaires et d’officiers de la cour. Le rapport traite des causes sous-jacentes, du recrutement, de la prévention, des stratégies pour quitter le milieu et des mesures légales, judiciaires et politiques et explore certaines des initiatives canadiennes actuelles dans la traite des personnes d’un point de vue qui reconnait l’importance de considérer les besoins des femmes et filles autochtones.

Une des conclusions du rapport est que les femmes et filles autochtones sont surreprésentées dans la traite des personnes; certaines recherches affirmant même que les femmes et filles autochtones représentent la majorité de celles étant exploitées sexuellement au Canada actuellement. Les entrevues de l’AFAC auprès d’intervenants- clé, le sondage et la littérature ont identifié, à répétition, l’impact des pensionnats Indiens et le traumatisme intergénérationnel, la pauvreté systémique et la discrimination comme étant des facteurs importants ayant contribué à la vulnérabilité grandissante des femmes et filles autochtones.

Le rapport demande davantage d’initiatives pour assurer et promouvoir l’accès à l’éducation et la réussite scolaire pour les femmes et filles autochtones, comme étant une mesure préventive-clé; et que les femmes et filles autochtones fuyant des circonstances d’exploitation ont besoin d’attitudes libres de jugement, d’approches de réduction des méfaits, de programmes culturellement pertinents, de logements sécuritaires, d’un counseling à long terme, de même que de la formation et des ateliers leur offrant des alternatives saines et durables concernant leur style de vie. Comme résultat de ces conclusions et en reconnaissance des besoins et du bien-être des femmes et filles autochtones exploitées, l’AFAC recommande de décriminaliser les femmes prostituées et de poursuivre en justice les proxénètes et les clients.

« Nous espérons que ce rapport et les témoignages des femmes qui y sont inclus démontreront davantage le besoin, pour la population et le gouvernement, d’écouter, de se soucier et de protéger les femmes et filles autochtones du Canada, » a affirmé Michèle Audette, présidente de l’AFAC. « Nous voulons davantage pour nos femmes et nos filles – nous voulons une vie remplie de choix, de paix et de sécurité économique et un monde dans lequel nos femmes sont valorisées, » a poursuivi Audette.

L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) vise un but collectif : favoriser, promouvoir et encourager le bien-être social, économique, culturel et politique des femmes des Premières nations et métisses au sein des sociétés des Premières nations, métisses et canadiennes. À titre d’organisation nationale représentant les femmes autochtones depuis 1974, le mandat de l’AFAC est d’obtenir l’égalité pour toutes les femmes autochtones au Canada.

– 30-

Pour plus de détails, veuillez communiquer avec :

Claudette Dumont-Smith, Directrice générale
Sans frais : 1-800-461-4043.
Tél. : 613-722-3033
[email protected]

14.09.15 L’AFAC publie son rapport sur la traite sexuelle

 

La veille des Sœurs par l’esprit, un mouvement de changement social

COMMUNIQUÉ DE PRESSE – POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

1ER OCTOBRE 2014 (Ottawa, ONT) – L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) lira cette déclaration le 4 octobre 2014 dans le cadre de la veille des Sœurs par l’esprit, un mouvement de changement social.

Le 4 octobre est une journée où nous honorons la vie des femmes et des filles autochtones disparues ou assassinées et apportons notre soutien aux familles touchées, de façon tragique, par la mort violente d’un être cher. Le 4 octobre 2014, il y aura plus d’une centaine de veilles de Sœurs par l’esprit d’un océan à l’autre. Aucun autre événement au Canada ne rassemble un aussi grand nombre de communautés autochtones pour précisément célébrer, honorer et soutenir les femmes et filles autochtones.

Les peuples Métis, Inuits et des Premières Nations, de même que de nombreux autres Canadiens préoccupés de la situation, s’élèvent et expriment leurs propres formes d’expression et d’appels à l’action. Une enquête sera une étape cruciale pour la mise sur pied d’un plan d’action national exhaustif et coordonné nécessaire pour traiter de l’étendue et la gravité de la violence à laquelle font face les femmes et filles autochtones. Ensemble nous devons exiger des mesures et obtenir des engagements de la part de tous les ordres de gouvernement.

Le 4 octobre est une journée où nous honorons la vie des femmes et des filles autochtones disparues ou assassinées et apportons notre soutien aux familles touchées, de façon tragique, par la mort violente d’un être cher. Les veilles prennent de nombreuses formes : un rallye, une veille à la chandelle, un atelier, un moment de silence, une marche ou un rassemblement de personnes qui partagent souvenirs et repas. Ensemble, les veilles d’octobre des Sœurs par l’esprit sont devenues un mouvement pour le changement social et un rappel que nos sœurs ne seront pas oubliées.

En conclusion, nous exprimons nos sincères remerciements et notre gratitude aux familles. Elles sont nombreuses ici aujourd’hui et nous les remercions de partager leurs histoires. Vous êtes la raison pour laquelle nous continuons à exiger des mesures. C’est un honneur de marcher à vos côtés sur ce parcours!

Cette déclaration publique est un puissant outil pour le leadership autochtone et non autochtone de montrer son soutien et son engagement envers l’enjeu des femmes et filles autochtones disparues ou assassinées. La présidente Michèle Audette a déclaré: «L’AFAC invite toutes les organisations autochtones du Canada à appuyer cette déclaration publique. C’est maintenant le moment de se rassembler et de demander des mesures. Lorsque nous montrons que nous sommes unis, nous espérons que tous les ordres de gouvernement écoutent. »

La déclaration publique de 2014 invite précisément « tous les gouvernements à travailler avec les femmes autochtones et les organisations représentatives ». L’AFAC continue à demander une enquête publique nationale pour traiter de la violence envers les femmes et filles autochtones. L’AFAC remercie encore une fois ses partenaires de longue date des veilles des Sœurs par l’esprit de soutenir le travail de l’AFAC.

Nous nous réjouissons de votre implication et de votre participation continues.

L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) vise un but collectif : favoriser, promouvoir et encourager le bien-être social, économique, culturel et politique des femmes des Premières nations et métisses au sein des sociétés des Premières nations, métisses et canadiennes. À titre d’organisation nationale représentant les femmes autochtones depuis 1974, le mandat de l’AFAC est d’obtenir l’égalité pour toutes les femmes autochtones au Canada.

– 30-

Pour plus de détails, veuillez communiquer avec :

Claudette Dumont-Smith, Directrice générale
[email protected]

14.10.01 Veillées de Sœurs par l’esprit