Actes déplorables et honteux d’agents de la Sûreté du Québec commis envers des jeunes filles autochtones

COMMUNIQUÉ – PUBLICATION IMMÉDIATE

OTTAWA, le 23 octobre 2015 – L’émission Enquête de la Société Radio-Canada a diffusé le 22 octobre un reportage exclusif sur des allégations d’actes de violence policière envers des femmes autochtones à Val‑d’Or (Québec). Au lendemain de cette diffusion, la ministre de la Sécurité publique du Québec, Lise Thériault, a confirmé que les huit policiers, qui seraient coupables d’agression, de sévices sexuels et d’autres formes de sévices envers 12 femmes autochtones, ont été relevés de leurs fonctions. L’enquête sur ces allégations criminelles a été confiée au Service de police de la Ville de Montréal.

« C’est un exemple de plus de la manière dont nos femmes continuent d’être maltraitées et abusées par ceux qui sont censés les servir et les protéger. Il n’est pas étonnant que nos femmes continuent de craindre les policiers et qu’elles ne fassent pas appel à eux quand elles sont victimes de violence, de peur qu’ils leur infligent d’autres actes de violence », a déclaré la présidente de l’AFAC, Dawn Lavell Harvard. « Le comportement et les actes de ces policiers sont déplorables, honteux et révélateurs du racisme et de la discrimination auxquels beaucoup de nos femmes sont confrontées quotidiennement par des personnes qui occupent des postes d’autorité », a ajouté Mme Lavell Harvard.

Au Canada, les femmes autochtones font l’objet d’une marginalisation extrême et souffrent d’inégalités relativement à leurs droits sociaux, économiques, culturels, politiques et civils, ce qui contribue à en faire la population la plus vulnérable au Canada et accroît le risque qu’elles soient victimes de violence familiale et de violence sexualisée et racialisée. « Si nous, en tant que population canadienne, sommes résolus à mettre fin à la violence envers les femmes et les filles autochtones, il faut cesser de les traiter en citoyennes de seconde classe », a dit Mme Lavell Harvard.

L’Association des femmes autochtones du Canada fait l’éloge des femmes autochtones qui se sont avancées et ont eu le courage d’exprimer leurs griefs envers les agents de la SQ, et de la ministre de la Sécurité publique, Lise Thériault, qui a relevé ces policiers de leurs fonctions pour la durée de l’enquête criminelle.

L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) est fondée sur l’objectif commun d’améliorer, de promouvoir et de favoriser le bien-être social, économique, culturel et politique des Métisses et des femmes des Premières Nations, au sein de leurs communautés autochtones et de la société canadienne. À titre d’organisme national qui représente les femmes autochtones depuis 1974, l’AFAC a pour mandat de réaliser l’égalité pour toutes les femmes autochtones au Canada.

– 30 –

Claudette Dumont-Smith
Directrice générale
1, rue Nicholas, 9e étage
Ottawa (Ontario)  K1N 7B7
Téléphone : 613‑722‑3033, poste 223
Sans frais : 1‑800‑461‑4043
Courriel : cdumontsmith@nwac.ca

AFAC felicite le nouveau premier ministre du Canada

COMMUNIQUÉ – PUBLICATION IMMÉDIATE

Ottawa, ON (le 21 octobre 2015) –  Félicitations au premier ministre du Canada nouvellement élu – Justin Trudeau!

Au nom de l’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC), la présidente Dawn Lavell Harvard applaudit et félicite le nouveau dirigeant élu du Canada, Justin Trudeau, pour sa victoire retentissante lors de l’élection fédérale du 19 octobre. L’AFAC complimente également toutes les candidates et tous les candidats qui se sont présentés dans cette campagne électorale ainsi que celles et ceux qui ont été élus dans leurs circonscriptions.

« L’AFAC se réjouit d’avance à la perspective de collaborer avec ce gouvernement nouvellement élu, dans le but d’améliorer la vie des femmes autochtones dans tous les domaines et, plus particulièrement, pour aborder la question des femmes et filles autochtones disparues et assassinées », a dit la présidente de l’AFAC.

La présidente Lavell Harvard rencontrera le premier ministre Trudeau et les ministres qui formeront son cabinet afin d’établir une relation solide et entreprendre l’élaboration d’un plan pour apporter des changements positifs dans la vie des femmes autochtones, de leurs familles et de leurs communautés. « Les femmes sont l’épine dorsale de nos communautés et nous, les femmes autochtones, devons participer à l’élaboration de toute stratégie fédérale portant sur les questions autochtones », a déclaré la présidente Lavell Harvard.

L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) est fondée sur l’objectif commun d’améliorer, de promouvoir et de favoriser le bien-être social, économique, culturel et politique des Métisses et des femmes des Premières Nations, au sein de leurs communautés autochtones et de la société canadienne. À titre d’organisme national qui représente les femmes autochtones depuis 1974, l’AFAC a pour mandat de réaliser l’égalité pour toutes les femmes autochtones au Canada.

– 30-

Pour obtenir plus d’informations, contacter:

Claudette Dumont-Smith
Directrice générale
1, rue Nicholas, 9e étage
Ottawa (Ontario)  K1N 7B7
Téléphone : 613-722-3033, poste 223
Sans frais : 1-800-461-4043
Courriel : cdumontsmith@nwac.ca