Premier organisme national canadien à avoir mis cette question en lumière, l’AFAC accueille favorablement l’enquête tant attendue sur la disparition et le meurtre de femmes autochtones

PUBLICATION IMMÉDIATE

 

Premier organisme national canadien à avoir mis cette question en lumière, l’AFAC accueille favorablement l’enquête tant attendue sur la disparition et le meurtre de femmes autochtones

 

OTTAWA (Ontario), le 8 décembre 2015 – L’Association des femmes autochtones du Canada se joint aux applaudissements qui soulignent la confirmation par le gouvernement du Canada qu’une enquête nationale sur la disparition et le meurtre de femmes autochtones aura lieu.

La ministre des Affaires autochtones et du Nord, la Dre Carolyn Bennett, la ministre de la Condition féminine, Patty Hajdu, et la ministre de la Justice, Jody Wilson-Raybould ont confirmé collectivement aujourd’hui que l’enquête proprement dite sera précédée d’un processus de consultation approfondi et respectueux auprès des familles directement touchées par ces tragédies. Le gouvernement confirme aussi que les chercheurs experts, les organisations autochtones locales et les organismes autochtones nationaux comme l’AFAC sont tous appelés à participer et à s’engager pleinement dans le déroulement de ce processus.

La présidente de l’AFAC, Dawn Lavell-Harvard, Ph. D. a assisté à l’allocution du premier ministre Trudeau lors de l’assemblée extraordinaire des chefs de l’Assemblée des Premières Nations et à l’annonce des ministres qui a suivi à l’extérieur de la Chambre des communes, sur la colline du Parlement.

« Première organisation canadienne à susciter la conversation internationale entourant l’épidémie de disparitions et de meurtres de femmes autochtones, l’AFAC est encouragée aujourd’hui, a dit Mme Lavell-Harvard; il est grand temps que justice soit rendue pour les sœurs qu’on nous a volées. Nous resterons au cœur du déroulement de ce processus. »

L’AFAC réclame depuis des années la tenue d’une enquête nationale – non seulement pour nos mères, nos filles, nos sœurs, nos tantes et nos grands-mères, mais pour les générations à venir, pour que prenne fin cette violence systémique, raciale et sexiste et que nos enfants puissent envisager l’avenir avec optimisme. L’AFAC a bon espoir que ce gouvernement en viendra à reconnaître et valider nos besoins et qu’il agira avec transparence et compassion dans un esprit de collaboration, de nation à nation.

Respectueusement mais avec insistance, l’AFAC recommande au gouvernement de consulter notre organisme, nos organisations sœurs, et les personnes qui comprennent vraiment l’expérience de vie des Autochtones pour faire en sorte que des relations harmonieuses découlant de la réconciliation soient gage d’un avenir paisible et prospère.

Un travail considérable nous attend et nous devons aborder cette tâche avec prudence et de manière stratégique.

Nous avons hâte de travailler avec ce nouveau gouvernement, nos organisations alliées et les familles de nos sœurs par l’esprit à la réalisation de cette entreprise historique et essentielle. En continuant de cheminer ensemble, nous obtiendrons justice pour nos sœurs.

L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) est fondée sur l’objectif commun d’améliorer, de promouvoir et de favoriser le bien-être social, économique, culturel et politique des Métisses et des femmes des Premières Nations au sein des sociétés autochtones et de la société canadienne. À titre d’organisme national qui représente les femmes autochtones depuis 1974, l’AFAC a pour mandat de parvenir à l’égalité pour toutes les femmes autochtones au pays. Pour faire un don à l’AFAC, visitez le site Web de l’AFAC (nwac.ca).

 
-30-

 

Pour en savoir davantage ou pour les requêtes médiatiques :

 

Jenn Jefferys, agente d’information
L’Association des femmes autochtones du Canada
Native Women’s Association of Canada
16137223033, poste 235
16134851988 (portable)
@NWAC_CA

Please follow and like us:
Étiquettes :