COMMUNIQUÉ : La présidente de l’AFAC rencontre les premiers ministres des provinces et des territoires et les autres dirigeants autochtones du Canada lors de la rencontre bisannuelle du Conseil de la fédération

le 22 juillet 2016 (Whitehorse, Yukon) – Au nom de l’Association des femmes autochtones du Canada, la présidente Lavell-Harvard a rencontré les premiers ministres des provinces et des territoires et les autres dirigeants autochtones du Canada le 20 juillet, lors de la réunion bisannuelle du Conseil de la fédération, à Whitehorse, au Yukon. Sous la présidence du premier ministre du Yukon, Darrell Pasloski, la réunion de cette année, du 20 au 22 juillet, était la première à avoir lieu dans le Nord canadien.

La première journée de la réunion du Conseil de la fédération était consacrée à des discussions multilatérales collaboratives avec les dirigeants autochtones, dans l’esprit de la réconciliation. Les premiers ministres des provinces et des territoires et les dirigeants autochtones ont également eu l’occasion de participer à des activités culturelles organisées par les Premières Nations de Champagne et Aishihik, à Haines Junction (Yukon).

La président Lavell - Harvard lors de la conférence de presse de la réunion du Conseil de la Fédération de 2016.
La président Lavell-Harvard lors de la conférence de presse de la réunion du Conseil de la Fédération de 2016.

« Ce rassemblement a été invariablement favorable aux questions qui préoccupent depuis longtemps les femmes autochtones du Canada. C’est lors de réunions précédentes du Conseil de la fédération que les premiers ministres des provinces et des territoires ont affirmé leur engagement à l’égard de la tenue d’une enquête nationale sur les femmes autochtones disparues et assassinées. Nous trouvons que ces réunions sont respectueuses et productives », a dit la présidente Dawn Lavell-Harvard dans ses déclarations préliminaires.

Les éléments principaux qui sont ressortis de cette séance de travail sont les suivants :

  • le plein soutien de toutes les provinces et de tous les territoires à l’enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées;
  • l’engagement de ne pas retarder la prise de mesures par les provinces et les territoires jusqu’à ce que l’enquête nationale ait pris fin. Des mesures de prévention peuvent être prises dès maintenant;
  • une concentration collective sur le bien-être des enfants;
  • la discussion continue d’un développement économique avantageux pour les communautés autochtones;
  • l’engagement pour les provinces et les territoires de rencontrer les dirigeants autochtones annuellement.
La présidente Lavell-Harvard parle à la presse concernant la crise des femmes et filles autochtones disparues et assassinées.
La présidente Lavell-Harvard parle à la presse concernant la crise des femmes et filles autochtones disparues et assassinées.

« L’Association des femmes autochtones du Canada est contente à l’idée de porter notre attention collective sur la question du bien-être des enfants. Nous continuons d’avoir un nombre disproportionné d’enfants dans le système de protection des enfants. En tant que femmes autochtones, nous savons qu’il y a de meilleurs moyens d’appuyer les familles, de manière à ce que les familles autochtones puissent s’occuper elles-mêmes de nos enfants », a fait remarquer la présidente Lavell-Harvard.

Lors de cette réunion, tous les premiers ministres des treize provinces et territoires du Canada se sont joints aux dirigeants des cinq organismes autochtones nationaux, soit l’Association des femmes autochtones du Canada, l’Assemblée des peuples autochtones du Canada, Inuit Tapiriit Kanatami, l’Assemblée des Premières Nations et le Ralliement national des Métis.

Le Conseil de la fédération a été établi en 2003 en réponse au besoin ressenti par les provinces et les territoires de favoriser une relation constructive et de renforcer la fédération canadienne. Il a pour but de promouvoir la collaboration entre les provinces et les territoires en se fondant sur la reconnaissance mutuelle de la diversité du Canada, pour développer une attitude de collaboration dans la relation entre les premiers ministres à propos de certains dossiers importants comme les soins de santé, la croissance économique ou le commerce.

 

L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) est fondée sur l’objectif commun d’améliorer, de promouvoir et de favoriser le bien-être social, économique, culturel et politique des femmes des Premières Nations et des Métisses au sein des sociétés autochtones et de la société canadienne. À titre d’organisme national qui représente les femmes autochtones depuis 1974, l’AFAC a pour mandat d’accomplir l’égalité pour toutes les femmes autochtones au pays.

– 30 –

Pour obtenir plus d’information, s’adresser à :

Dan Peters
Directeur général intérimaire
1, rue Nicholas, 9e étage
Ottawa, ON  K1N 7B7
Téléphone :        613-722-3033, poste 249
Sans frais :    1-800-461-4043
Courriel :       [email protected]

COMMUNIQUÉ : L’AFAC ne commentera pas la fuite récente du projet de modalités de l’enquête sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées

le 20 juillet 2016 (Whitehorse, Yukon) – L’Association des femmes autochtones du Canada ne commentera pas la fuite récente du projet de modalités de l’enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées. Tandis que les négociations se poursuivent entre le gouvernement fédéral et les gouvernements des provinces et des territoires, il ne serait pas utile de commenter un projet de modalités divulgué par plusieurs médias hier.

La présidente Lavell-Harvard a dit : « À l’Association des femmes autochtones du Canada, nous sommes déçues que cet important document ait été divulgué avant le lancement officiel de l’enquête nationale. Il serait prématuré de commenter à ce stade et cela aurait pour effet de miner un processus respectueux pour les survivants, les familles et les êtres chers des femmes et des filles autochtones disparues et assassinées. »

La présidente Lavell-Harvard assistait à des réunions du Conseil de la fédération avec les premiers ministres des provinces et des territoires, ainsi que d’autres dirigeants d’organismes autochtones nationaux. Tous les membres du Conseil ont réaffirmé leur engagement à faire en sorte que l’enquête puisse aller de l’avant en temps opportun.

L’AFAC attend avec confiance le moment de commenter les modalités finales, lors du lancement officiel de l’enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées.

 

L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) est fondée sur l’objectif commun d’améliorer, de promouvoir et de favoriser le bien-être social, économique, culturel et politique des femmes des Premières Nations et des Métisses au sein des sociétés autochtones et de la société canadienne. À titre d’organisme national qui représente les femmes autochtones depuis 1974, l’AFAC a pour mandat d’accomplir l’égalité pour toutes les femmes autochtones au pays.

– 30 –

Pour obtenir plus d’information, s’adresser à :

Dan Peters
Directeur général intérimaire
1, rue Nicholas, 9e étage
Ottawa, ON  K1N 7B7
Téléphone :        613-722-3033, poste 249
Sans frais :    1-800-461-4043
Courriel :       [email protected]

 

COMMUNIQUÉ: L’AFAC autorisée à administrer les fonds des subventions et bourses des Instituts de recherche en santé du Canada

le 25 juillet 2016 (Ottawa, Ontario) – L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) est heureuse d’annoncer qu’elle est maintenant reconnue à titre d’institution remplissant les conditions requises pour administrer les fonds de subventions et bourses des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC). L’AFAC peut maintenant présenter directement des demandes de financement de projets de recherche en santé aux IRSC et détenir des fonds de subventions et bourses.

Cette nouvelle désignation permet aux communautés autochtones de collaborer avec l’AFAC pour participer à des recherches en santé des femmes autochtones, projets qui présentent souvent un intérêt pour ces communautés et constituent pour elles une priorité. Nous sommes attachées à promouvoir et réaliser des recherches de manière à encourager l’autodétermination et la participation à des recherches communautaires partout au Canada. Nous encourageons également la collecte, la publication et la production de rapports sur les données ventilées par sexe, ce qui est essentiel pour aborder adéquatement les conditions de santé qui se répercutent différemment sur les femmes et les hommes autochtones.

L’AFAC est actuellement financée aux termes de l’initiative vedette des IRSC, Voies de l’équité en santé pour les Autochtones, à titre de Partenaire pour l’engagement et l’échange des connaissances (PEEC), afin de participer à des travaux de recherche dans quatre secteurs prioritaires : prévention du suicide, tuberculose, diabète/obésité et santé buccodentaire.

Le projet PEEC de l’AFAC vise à améliorer la santé et le bien-être des femmes, des familles et des communautés autochtones par la recherche, l’échange de connaissances et l’action en matière de santé. Pour atteindre cet objectif, l’AFAC facilite l’établissement de liens et favorise l’apprentissage entre les équipes de recherche et les communautés, appuie la transposition des résultats de la recherche en politiques et renforce les interventions communautaires pour améliorer les résultats en santé chez les femmes et les familles autochtones.

Le projet PEEC de l’AFAC collabore aussi avec des équipes de recherche, des communautés et des chercheurs universitaires dans le but d’intégrer les modes de connaissance autochtones; il contribue aussi à faciliter une perspective et une analyse de genre dans leurs projets de recherche afin d’assurer des résultats équitables dans l’amélioration des conditions de santé pour les deux sexes. L’AFAC appuie aussi la transposition du savoir à des auditoires plus vastes, tels les dirigeants, les décideurs, les praticiens et les travailleurs du secteur de la santé.

 

Citations 

« La capacité de l’AFAC à administrer des subventions et bourses des IRSC est une étape importante du cheminement vers le but de réaliser l’équité en matière de santé pour les femmes autochtones au Canada », dit la présidente de l’AFAC, Dawn Harvard. « Nous reconnaissons et nous appuyons le droit qu’ont les peuples autochtones de contrôler et de protéger leur propriété intellectuelle, y compris le savoir traditionnel, les pratiques culturelles et les arts, conformément au paragraphe 13.1 de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones. »

« Les IRSC sont fiers d’appuyer l’AFAC », dit Malcolm King, Ph. D., directeur scientifique de l’Institut de la santé des Autochtones des IRSC. « Grâce aux efforts de collaboration de l’AFAC à titre de Partenaire pour l’engagement et l’échange des connaissances, la recherche que mènent les scientifiques financés par les IRSC dans les quatre secteurs de recherche prioritaires de l’initiative vedette Voies de l’équité peut être adoptée par les communautés autochtones dans le respect de la culture et des modes de connaissance autochtones. Ce qui, par conséquent, mènera à un avenir plus sain pour les femmes et les familles autochtones de tout le Canada. »

 

L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) est fondée sur l’objectif commun d’améliorer, de promouvoir et de favoriser le bien-être social, économique, culturel et politique des femmes des Premières Nations et des Métisses au sein des sociétés autochtones et de la société canadienne. À titre d’organisme national qui représente les femmes autochtones depuis 1974, l’AFAC a pour mandat d’accomplir l’égalité pour toutes les femmes autochtones au pays.

– 30 –

Pour obtenir plus d’information, s’adresser à :

Dan Peters
Directeur général intérimaire
1, rue Nicholas, 9e étage
Ottawa, ON  K1N 7B7
Téléphone :        613-722-3033, poste 249
Sans frais :    1-800-461-4043
Courriel :       [email protected]