L’AFAC indique au Conseil de la fédération les priorités ce qui est prioritaire pour appuyer les femmes et les filles autochtones

EDMONTON (Alberta), le 19 juillet 2017 – La présidente de l’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC), Francyne D. Joe, s’est adressée au Conseil de la fédération, lundi, à propos de l’importance d’inclure l’AFAC dans tous les pourparlers de nation à nation, le travail de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées lorsqu’il s’agit d’améliorer le statut socioéconomique des femmes autochtones et le besoin d’un modèle communautaire de prévention pour guider le système de protection des enfants dans toutes les régions du pays.

Le Conseil de la fédération (COF), dont la rencontre estivale est présidée cette année par la première ministre de l’Alberta, Rachel Notley, regroupe les 13 premiers ministres des provinces et des territoires; il se réunit deux fois par an et les cinq organismes autochtones nationaux sont habituellement inclus dans sa rencontre estivale.

La présidente Joe a exhorté les provinces et les territoires à prendre en compte et appuyer les femmes autochtones et les organisations qui les représentent, en citant comme exemple l’appui que la première ministre de l’Ontario, Kathleen Wynne, a accordé à l’association des femmes autochtones de cette province, l’Ontario Native Women’s Association. « La création de mécanismes bilatéraux permanents entre le Cabinet du premier ministre du Canada et trois des organismes autochtones nationaux est un geste par lequel le gouvernement fédéral reconnaît la discrimination raciale, mais il n’inclut pas la perspective du genre », a dit Mme Joe. « Les provinces et les territoires peuvent corriger cette marginalisation des femmes autochtones dans le discours national par une action raisonnée, comme ce serait le cas d’un appui à nos associations provinciales et territoriales membres (APTM). Nous avons maintenant offert de faciliter la conclusion de ces alliances », a-t-elle ajouté.

L’AFAC a souligné la nécessité de mobiliser les femmes des Premières Nations et les Métisses de la base pour mieux comprendre leurs priorités distinctes et générer des moyens robustes de mesurer les résultats pour l’habilitation socioéconomique des femmes autochtones. « Les femmes, les filles, les transgenres et les personnes bispirituelles doivent être libres de la menace disproportionnée de la violence pour arriver à réaliser l’égalité », a déclaré Mme Joe. « C’est un des moyens par lesquels les recommandations de l’Enquête nationale appuieront le progrès socioéconomique. »

Incitant les premiers ministres à agir face à la crise du système de protection des enfants, la présidente de l’AFAC a livré le message suivant lors de la conférence de presse tenue à l’issue de la réunion, lundi : « Nous devons appuyer Cindy Blackstock et le principe de Jordan. Nous espérons que les premiers ministres nous appuieront davantage à un moment donné pour que nous puissions nous assurer que ce gouvernement tienne ses promesses en ce qui concerne l’équité pour nos enfants ».

-30-

Pour obtenir plus d’information, contacter :

Lynne Groulx

Directrice générale

1, rue Nicolas, 9e étage

Téléphone : 613-722-3033, poste 223

Sans frais : 1-800-461-4043

Courriel : lgroulx@nwac.ca