La nouvelle structure fédérale des Affaires autochtones doit inclure la pleine consultation des femmes autochtones

OTTAWA (Ontario), le 29 août 2017 – Au moment où le gouvernement du Canada annonce l’établissement de deux nouveaux ministères pour faire le travail accompli auparavant par Affaires autochtones et du Nord Canada (AANC), l’Association des femmes autochtones du Canada soutient qu’elle doit être incluse dans les processus décisionnels qui entourent la structure et la mise en œuvre des changements.

« Le gouvernement du Canada a tenu compte en priorité de ses propres besoins en créant deux nouveaux ministères sans le consentement préalable libre et éclairé des femmes autochtones », a déclaré la présidente de l’AFAC, Francyne D. Joe. L’obligation de consulter les institutions qui représentent les peuples autochtones est reconnue par l’article 19 de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones et confirmée par l’article 35 de la Loi constitutionnelle de 1982. « Sans avoir été consultées, nous nous trouvons soudain dans la position de développer la capacité de dialoguer avec la ministre des Relations Couronne-Autochtones et des Affaires du Nord et la ministre des Services aux Autochtones », de dire Mme Joe.

« Cette double approche peut présenter un risque : celui que la nouvelle délégation des responsabilités crée encore plus d’obstacles administratifs à l’habilitation des femmes autochtones. La priorité doit être accordée aux besoins des communautés. Nous nous attendons à participer pleinement à la prise de décisions pour toutes les questions qui touchent les femmes et les filles autochtones, y compris la formation des changements structurels. »

« Il a fallu 20 ans au gouvernement pour mettre en œuvre la recommandation du Rapport de la Commission royale sur les peuples autochtones (CRPA) de réorganiser le Ministère en nouveaux ministères distincts. Pour être fidèle à l’esprit de la CRPA, il faut aussi donner suite à la recommandation selon laquelle les gouvernements devraient veiller à ce que les femmes soient pleinement et équitablement représentées dans la prise des décisions », a poursuivi Mme Joe.

« La création de deux nouveaux ministères peut constituer une occasion de mieux définir notre rôle dans la relation Couronne-Autochtones et la relation de nation à nation », a déclaré Mme Joe. Dans son exposé de position sur le rapport entre les femmes autochtones et le concept de nation à nation, l’AFAC a précisé en quoi le gouvernement fédéral actuel manque à son obligation d’appuyer l’inclusion réelle des femmes autochtones. « Il faut élargir le cadre du concept de nation à nation pour y inclure l’AFAC, en reconnaissance du besoin crucial d’une optique de “genre” sur toutes les questions qui touchent le bien-être des femmes et des filles autochtones, ce qui comprend les mesures législatives et administratives comme celles que le Cabinet du premier ministre vient d’annoncer. Je me réjouis à la perspective de travailler avec la ministre Bennett et la ministre Philpott afin de trouver des moyens d’améliorer le bien-être des femmes et des filles autochtones. »

-30-

Pour obtenir plus d’information, contacter:

Lynne Groulx
Directrice générale
1, rue Nicolas, 9e étage
Téléphone : 613-722-3033, poste 223
Sans frais : 1-800-461-4043
Courriel : [email protected]