Leaders of National Aboriginal Organizations and Provincial and Territorial Representatives set date and start planning for a National Roundtable on Murdered and Missing Women

(EN ANGLAIS SEULEMENT)

Membertou, NS – October 22, 2014 – Today leaders from National Aboriginal Organizations and Northwest Territories Premier Robert McLeod, along with Ministers and officials from Provinces and Territories met to prepare for a National Roundtable on murdered and missing Indigenous women.

This meeting was a tangible step forward on the Roundtable. All present agreed that the National Roundtable will take place in February 2015 to coincide with an upcoming meeting of the Aboriginal Affairs Working Group and recognized the urgency of this issue including the need to collectively move forward on solutions. The focal point of the roundtable is preventing and addressing violence including the most extreme cases that result in missing and murdered Indigenous women.

The Roundtable will bring together Indigenous leaders and representatives, Provincial and Territorial Ministers. Federal Ministers will formally be invited to the Roundtable.

This meeting builds on a commitment between Premiers and National Aboriginal leaders made in Charlottetown on August 27, 2014 to support convening a National Roundtable discussion with the federal government on the issue of missing and murdered Indigenous women.

Organizations represented in the meeting include: the Assembly of First Nations (AFN), Métis National Council, Congress of Aboriginal Peoples, Inuit Tapiriit Kantami, Native Women’s Association of Canada (NWAC), Les Femmes Michif Otipemisiwak / Women of the Métis Nation, and Pauktuutit Inuit Women of Canada.

“Creating safe, healthy and thriving communities is a priority for First Nations across Canada, and we are working to ensure concrete action to end violence against Indigenous women and girls,” said AFN Regional Chief Morley Googoo who participated in the National Aboriginal Women’s Roundtable (NAWS) this week as well as preparatory meetings for the National Roundtable. “Bringing all parties together to build on existing recommendations and to confirm action and implement solutions to address the root causes of why so many Indigenous women remain vulnerable is essential as we move forward.”

« NWAC is pleased that the issue of violence against Aboriginal women and girls is being recognized as an urgent matter that requires a collaborative approach involving the community, the provincial/territorial and federal governments. NWAC is committed to working towards the elimination of all forms of violence towards Aboriginal women and their girls », said Native Women’s Association Vice-President Dr. Dawn Harvard.

“The Métis Nation is pleased with the progress made today by Aboriginal Leaders, Premier McLeod and provincial and territorial Ministers in moving forward in a formalized process which will lead to a national roundtable convened to address the critical issue of murdered and missing Aboriginal women and girls » stated President Clément Chartier of the Métis National Council.President of Women of the Métis Nation, Melanie Omeniho, stated, « I am particularly pleased that this monumental step was taken on the final day of the NAWS IV gathering here in Membertou signifying a real and positive agreement by both Aboriginal and non-Aboriginal leaders to take a pro-active approach, taking into account the decisions of the gathering which I believe will help guide the deliberations which will be undertaken by the proposed round table. »

Congress of Aboriginal Peoples National Chief Betty Ann Lavallée “We are committed to taking all action to support the safety of our women, children, men and boys. I commend the provinces and territories for standing with us and want to particularly thank Premier McLeod for his leadership. It is time for the federal government to join us and work together to prevent and end violence in all of its forms.”

Rebecca Kudloo, President of the Inuit Women’s Association of Canada, also representing at the meeting Terry Audla, President of Inuit Tapiriit Kanatami, said “The outcome of today’s meeting is a very positive development in working together to end violence against Inuit women, girls and children. Violence is at crisis levels in many of our communities, which lack basic essential services that are taken for granted in most of Canada. We look forward to working with the provinces and territories, and hope that our federal partners will join us as well.”

Terry Audla, President of Inuit Tapiriit Kanatami, added “Canada has to rise as one big community to tackle violence that is ruining so many lives and families and preventing us from building better future for our children across Inuit Nunangat. I thank and commend Pauktuutit for its dedicated work on these issues over the last 30 years. ”

Premier Robert McLeod, from the Northwest Territories chaired this initial planning meeting and stated “This was a very positive step and I am encouraged by the support of attending Ministers and Leaders. We all recognized the need to bring people together so we can focus on the action required and look forward to further engagement with National Aboriginal Organizations, and provincial, territorial, and federal Ministers.”

For further information:

Assembly of First Nations: Jenna Young, AFN Communications Officer 613-241-6789, ext 401, 613-314-8157 or jyoung@afn.ca

Les Femmes Michif Otipemisiwak / Women of the Métis Nation: Ke Ning, 613-297-5193 or

ken@metisnation.ca

Congress of Aboriginal Peoples: Jim Devoe, Chief Executive Officer, 613-668-0451 or jdevoe@abo-peoples.org

Inuit Tapiriit Kanatami: Erin Filliter, Director of Communications, 613-327-0718 or filliter@itk.ca. Pauktuutit Inuit Women of Canada: Tracy O’Hearn, Executive Director, tohearn@pauktuutit.ca

Native Women’s Association of Canada: Claudette Dumont-Smith, Executive Director, (613) 722-3033 ext. 223, cdumontsmith@nwac.ca

14.10.22 Joint Statement on National Roundtable

Please follow and like us:

L’AFAC lance son rapport – L’exploitation sexuelle et la traite des femmes et des filles autochtones : revue de la littérature et entrevues auprès d’intervenants-clés

COMMUNIQUÉ DE PRESSE – POUR DIFFUSION IMMÉDIATE 

(15 octobre 2014) (Ottawa, Ontario.) – L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) vient tout juste de publier son rapport exhaustif sur la traite des femmes et filles autochtones du Canada à des fins d’exploitation sexuelle. Le rapport fait partie d’un groupe de plusieurs rapports ayant été financés par la Fondation canadienne des femmes, en plus de son Rapport national du groupe de travail. Pour accéder à tous ces rapports, visitez le : http://canadianwomen.org/reports/trafficking

Le rapport de l’AFAC est axé sur les solutions et fournit de nombreuses recommandations et pratiques visant à prévenir la traite des personnes et à aider les femmes et filles autochtones à quitter des situations d’exploitation sexuelle. Ce rapport jette aussi un regard sur la nature des vulnérabilités des femmes et filles autochtones vis- à-vis la traite des personnes et explore les facteurs sociaux importants qui contribuent à leur surreprésentation dans la traite des personnes au Canada. Les fournisseurs de services, le gouvernement et ceux étant impliqués et qui soutiennent les femmes et filles autochtones exploitées trouveront cette ressource précieuse pour des idées, stratégies et recommandations.

Ce rapport inclut une revue de littérature exhaustive, des entrevues avec des intervenants- clés et des sondages. L’AFAC a recueilli des informations et des témoignages auprès de femmes survivantes, de fournisseurs de services, de fonctionnaires judiciaires et d’officiers de la cour. Le rapport traite des causes sous-jacentes, du recrutement, de la prévention, des stratégies pour quitter le milieu et des mesures légales, judiciaires et politiques et explore certaines des initiatives canadiennes actuelles dans la traite des personnes d’un point de vue qui reconnait l’importance de considérer les besoins des femmes et filles autochtones.

Une des conclusions du rapport est que les femmes et filles autochtones sont surreprésentées dans la traite des personnes; certaines recherches affirmant même que les femmes et filles autochtones représentent la majorité de celles étant exploitées sexuellement au Canada actuellement. Les entrevues de l’AFAC auprès d’intervenants- clé, le sondage et la littérature ont identifié, à répétition, l’impact des pensionnats Indiens et le traumatisme intergénérationnel, la pauvreté systémique et la discrimination comme étant des facteurs importants ayant contribué à la vulnérabilité grandissante des femmes et filles autochtones.

Le rapport demande davantage d’initiatives pour assurer et promouvoir l’accès à l’éducation et la réussite scolaire pour les femmes et filles autochtones, comme étant une mesure préventive-clé; et que les femmes et filles autochtones fuyant des circonstances d’exploitation ont besoin d’attitudes libres de jugement, d’approches de réduction des méfaits, de programmes culturellement pertinents, de logements sécuritaires, d’un counseling à long terme, de même que de la formation et des ateliers leur offrant des alternatives saines et durables concernant leur style de vie. Comme résultat de ces conclusions et en reconnaissance des besoins et du bien-être des femmes et filles autochtones exploitées, l’AFAC recommande de décriminaliser les femmes prostituées et de poursuivre en justice les proxénètes et les clients.

« Nous espérons que ce rapport et les témoignages des femmes qui y sont inclus démontreront davantage le besoin, pour la population et le gouvernement, d’écouter, de se soucier et de protéger les femmes et filles autochtones du Canada, » a affirmé Michèle Audette, présidente de l’AFAC. « Nous voulons davantage pour nos femmes et nos filles – nous voulons une vie remplie de choix, de paix et de sécurité économique et un monde dans lequel nos femmes sont valorisées, » a poursuivi Audette.

L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) vise un but collectif : favoriser, promouvoir et encourager le bien-être social, économique, culturel et politique des femmes des Premières nations et métisses au sein des sociétés des Premières nations, métisses et canadiennes. À titre d’organisation nationale représentant les femmes autochtones depuis 1974, le mandat de l’AFAC est d’obtenir l’égalité pour toutes les femmes autochtones au Canada.

– 30-

Pour plus de détails, veuillez communiquer avec :

Claudette Dumont-Smith, Directrice générale
Sans frais : 1-800-461-4043.
Tél. : 613-722-3033
cdumontsmith@nwac.ca

14.09.15 L’AFAC publie son rapport sur la traite sexuelle

 

Please follow and like us:

La veille des Sœurs par l’esprit, un mouvement de changement social

COMMUNIQUÉ DE PRESSE – POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

1ER OCTOBRE 2014 (Ottawa, ONT) – L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) lira cette déclaration le 4 octobre 2014 dans le cadre de la veille des Sœurs par l’esprit, un mouvement de changement social.

Le 4 octobre est une journée où nous honorons la vie des femmes et des filles autochtones disparues ou assassinées et apportons notre soutien aux familles touchées, de façon tragique, par la mort violente d’un être cher. Le 4 octobre 2014, il y aura plus d’une centaine de veilles de Sœurs par l’esprit d’un océan à l’autre. Aucun autre événement au Canada ne rassemble un aussi grand nombre de communautés autochtones pour précisément célébrer, honorer et soutenir les femmes et filles autochtones.

Les peuples Métis, Inuits et des Premières Nations, de même que de nombreux autres Canadiens préoccupés de la situation, s’élèvent et expriment leurs propres formes d’expression et d’appels à l’action. Une enquête sera une étape cruciale pour la mise sur pied d’un plan d’action national exhaustif et coordonné nécessaire pour traiter de l’étendue et la gravité de la violence à laquelle font face les femmes et filles autochtones. Ensemble nous devons exiger des mesures et obtenir des engagements de la part de tous les ordres de gouvernement.

Le 4 octobre est une journée où nous honorons la vie des femmes et des filles autochtones disparues ou assassinées et apportons notre soutien aux familles touchées, de façon tragique, par la mort violente d’un être cher. Les veilles prennent de nombreuses formes : un rallye, une veille à la chandelle, un atelier, un moment de silence, une marche ou un rassemblement de personnes qui partagent souvenirs et repas. Ensemble, les veilles d’octobre des Sœurs par l’esprit sont devenues un mouvement pour le changement social et un rappel que nos sœurs ne seront pas oubliées.

En conclusion, nous exprimons nos sincères remerciements et notre gratitude aux familles. Elles sont nombreuses ici aujourd’hui et nous les remercions de partager leurs histoires. Vous êtes la raison pour laquelle nous continuons à exiger des mesures. C’est un honneur de marcher à vos côtés sur ce parcours!

Cette déclaration publique est un puissant outil pour le leadership autochtone et non autochtone de montrer son soutien et son engagement envers l’enjeu des femmes et filles autochtones disparues ou assassinées. La présidente Michèle Audette a déclaré: «L’AFAC invite toutes les organisations autochtones du Canada à appuyer cette déclaration publique. C’est maintenant le moment de se rassembler et de demander des mesures. Lorsque nous montrons que nous sommes unis, nous espérons que tous les ordres de gouvernement écoutent. »

La déclaration publique de 2014 invite précisément « tous les gouvernements à travailler avec les femmes autochtones et les organisations représentatives ». L’AFAC continue à demander une enquête publique nationale pour traiter de la violence envers les femmes et filles autochtones. L’AFAC remercie encore une fois ses partenaires de longue date des veilles des Sœurs par l’esprit de soutenir le travail de l’AFAC.

Nous nous réjouissons de votre implication et de votre participation continues.

L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) vise un but collectif : favoriser, promouvoir et encourager le bien-être social, économique, culturel et politique des femmes des Premières nations et métisses au sein des sociétés des Premières nations, métisses et canadiennes. À titre d’organisation nationale représentant les femmes autochtones depuis 1974, le mandat de l’AFAC est d’obtenir l’égalité pour toutes les femmes autochtones au Canada.

– 30-

Pour plus de détails, veuillez communiquer avec :

Claudette Dumont-Smith, Directrice générale
cdumontsmith@nwac.ca

14.10.01 Veillées de Sœurs par l’esprit

Please follow and like us:

L’ACCP et l’AFAC annoncent une collaboration – femmes autochtones disparues ou assassinées

(Ottawa, ONT) – C’est avec plaisir que l’Association canadienne des chefs de police (ACCP) et l’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) émettent la déclaration suivante :

Aujourd’hui, une rencontre entre l’Association canadienne des chefs de police (ACCP) et l’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) s’est avérée très constructive et cordiale. Les deux organisations sont grandement préoccupées par l’enjeu des femmes autochtones disparues ou assassinées. Nous avons convenu d’agir en partenariat et d’être des voix constructives dans le développement de solutions sur cet enjeu critique. Des leaders des services policiers s’engagent dans des mesures concrètes, peu importe le processus déterminé.

L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) vise un but collectif : favoriser, promouvoir et encourager le bien-être social, économique, culturel et politique des femmes des Premières nations et métisses au sein des sociétés des Premières nations, métisses et canadiennes. À titre d’organisation nationale représentant les femmes autochtones depuis 1974, le mandat de l’AFAC est d’obtenir l’égalité pour toutes les femmes autochtones au Canada.

L’Association canadienne des chefs de police (ACCP) a été fondée en 1905 et elle représente quelque 1000 dirigeants policiers de toutes les régions du Canada. Elle s’emploie à appuyer et promouvoir l’efficacité dans l’application de la loi ainsi que la protection et la sécurité de la population du Canada. Par l’entremise de ses membreschefs de police et autres hauts dirigeants policiers, l’ACCP représente plus de 90 % du milieu policier au Canada, y compris aux échelons fédéral, provincial, régional et municipal, au sein des Premières Nations, dans les transports et dans les Forces canadiennes.

– 30-

Pour plus de détails, veuillez communiquer avec :

Claudette Dumont-Smith
Directrice générale Association des femmes autochtones du Canada
cdumontsmith@nwac.ca

Timothy M. Smith
Relations gouvernementales et communications stratégiques Association canadienne des chefs de police
Mobile : 613-601-0692
timsmith2000@rogers.com

14.09.30L’AFAC et l’Association canadienne des chefs de police annoncent une collaboration

Please follow and like us:

Stopper la violence envers les femmes et les filles autochtones doit faire partie des enjeux majeurs des prochaines élections

OTTAWA Le 29 septembre 2014 – Alors que les partis politiques se préparent pour les prochaines élections fédérales, Amnistie internationale et l’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) lancent un cri d’appel aux Canadiens pour qu’ils demandent à tous les politiciens de donner une priorité pour mettre fin à la violence envers les femmes et les filles autochtones. Nos organisations travailleront avec les organisations de femmes et tous les alliés à travers le Canada pour s’assurer que tous les partis s’engagent concrètement à mettre fin à la violence faite aux femmes et filles autochtones pour les prochaines élections.

Les dernières statistiques publiées par la GRC font état de 1017 femmes et filles assassinées entre 1980 et 2012 et de plus de 100 femmes portées disparues dans des circonstances inexpliquées ou suspectes.

Lors d’une conférence de presse sur la Colline du Parlement aujourd’hui, la présidente de l’AFAC, madame Michèle Audette, a déclaré : « Chaque femme était quelqu’un. Toutes ces femmes, sœurs, filles, amies ou mères ont le droit de vivre à l’abri de la violence. Elles méritent mieux que des excuses de la part du gouvernement et qu’un ensemble disparate de programmes et de services inadéquats et sous-financés. Nous avons besoin de solutions et d’actions qui font faire une différence dans la vie des femmes. »

Selon Alex Neve, Secrétaire général d’Amnistie internationale Canada anglophone, « plutôt que d’adopter des mesures concertées et exhaustives qui s’imposent de toute urgence, tous les gouvernements successifs se sont contentés de la même approche fragmentée qui n’accorde pas la protection dont ont besoin les femmes et les filles autochtones. De plus en plus de Canadiens se mobilisent pour la mise en place de mesures concrètes, mais nous avons besoin d’un plus grand nombre de voix. »

Amnistie internationale a publié il y a dix ans un important rapport de recherche ayant pour titre : Canada. On a volé la vie de nos sœurs. Discrimination et violence contre les femmes autochtones. Ce rapport faisait suite à une campagne nationale menée par l’AFAC pour attirer l’attention sur les graves menaces auxquelles font face les femmes et les filles autochtones. À l’époque, tous les partis représentés à la Chambre des communes reconnaissaient l’urgence d’agir.

Une décennie plus tard, force est de constater que l’engagement du gouvernement est nettement insuffisant compte tenu de l’ampleur et de la gravité de la violence. Malheureusement, les recommandations faites par les organisations de femmes autochtones ainsi qu’un large plaidoyer pour une enquête publique indépendante sont restés lettre morte.

Des vigiles sont prévues le 4 octobre prochain dans plusieurs collectivités au pays et dans le monde pour honorer la mémoire des femmes et des filles autochtones qui ont perdu la vie dans des circonstances violentes. Ces manifestations sont coordonnées par l’AFAC et organisées par des groupes de la collectivité et les familles touchées, appuyés par un grand nombre d’organisations militant pour les droits humains, la justice sociale et par des associations religieuses.

Amnistie internationale et l’AFAC prient le gouvernement fédéral de collaborer avec les organisations autochtones afin de mettre sur pied un plan d’action national exhaustif en conformité avec les obligations internationales du Canada en matière de droits humains; ce plan d’action devra inclure une enquête publique indépendante pour enfin identifier les causes profondes.

Béatrice Vaugrante, Directrice générale, Amnistie internationale Canada francophone, mentionne que « les normes internationales en matière de droits humains exigent que les gouvernements mettent tout en œuvre pour stopper la violence envers les femmes. Le message envoyé au Canada par les organismes internationaux pour les droits humains est sans équivoque : Le Canada doit de toute urgence mener une enquête publique indépendante et mettre en place un plan d’action national exhaustif et coordonné. »

Michèle Audette souligne : « Nous ne voulons plus venir au Parlement pleurer la perte de centaines de femmes et de filles, année après année. Nous nous tenons unis avec tous les Canadiens pour exiger des mesures concrètes. Maintenant. »

AFAC a été fondée sur le but collectif de promouvoir, renforcer et favoriser le bien-être social, économique, culturel et politique des femmes des Premières Nations et Métis au sein des sociétés des Premières Nations, Métis et canadiennes. En tant qu’organisation représentant les femmes autochtones depuis 1974, le mandat d’ AFAC est d’atteindre l’égalité pour toutes les femmes autochtones du Canada.

Amnistie internationale est un mouvement mondial fort de plus de trois millions de sympathisants à travers 150 pays agissant pour protéger et promouvoir les droits humains. Notre vision est celui d’un monde dans lequel tous les gouvernements respectent les droits inscrits dans les instruments internationaux, tels que la Déclaration universelle des droits de l’homme, la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes, et la Déclaration des Nations-Unies sur les droits des peuples autochtones.

Pour plus d’information, veuillez contacter

Anne Ste-Marie, Responsable des communications
Amnistie International Canada
1.514.766.9766, poste 230
1.514.268.4983 (cell) aste-marie@amnistie.ca

Claudette Dumont-Smith, Directrice générale
l’Association des femmes autochtones du Canada
1.613.722.3033

14.09.29 Mettre fin à la violence – Amnistie internationale et AFAC

Please follow and like us:

Document final adopté par tous les États membres des Nations Unies, sauf le Canada

COMMUNIQUÉ – PUBLICATION IMMÉDIATE

OTTAWA (Ontario), le 24 septembre 2014 – L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) participe à la première Conférence mondiale sur les peuples autochtones qui se déroule cette semaine au siège des Nations Unies, à New York. L’AFAC est heureuse du fait que tous les États membres ont adopté le document final, mais déçue de la position prise par le Canada.

Des peuples autochtones du monde entier se sont rassemblés pour tenter de faire progresser leurs droits en tant que peuples autochtones, ce qui comprend la mise en œuvre des principes et des objectifs de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones. Les participants à la Conférence mondiale ont adopté officiellement lundi un « document final » axé sur l’action, qui traite expressément de la mise en œuvre des droits des peuples autochtones et de l’atteinte d’objectifs de développement convenus à l’échelle internationale.

« L’adoption du document final ouvre la voie à la mise en œuvre de ces droits », a déclaré la présidente de l’AFAC, Michèle Audette, « parce qu’ils sont reconnus au niveau le plus élevé de la structure des Nations Unies ». Et elle ajoute : « Si le Canada n’avait pas fait d’objection, tous les États membres auraient collaboré avec les peuples autochtones pour assurer la mise en œuvre des principes de la Déclaration des Nations Unies. Le Canada est le seul pays à l’échelle internationale qui fait obstacle à l’adoption du document final dans son intégralité. Cela démontre un manque d’engagement véritable à l’égard du processus de réconciliation entre les peuples autochtones et le Canada. »

Le principe du consentement préalable des peuples autochtones, donné librement et en connaissance de cause relativement à des activités qui constitueraient une ingérence sur leurs terres et contreviendraient à leurs droits est la principale objection exprimée par le Canada, qui refuse de signer le document final. Malgré le fait que la Déclaration des Nations Unies est entièrement fondée sur ce principe, qui a de plus été confirmé dans des causes entendues par la Cour suprême du Canada, le gouvernement du Canada refuse son approbation.

Dans le cadre de sa participation à la Conférence mondiale sur les peuples autochtones, l’AFAC signera les déclarations communes et fera des interventions reflétant la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, dans l’espoir que le Canada mettra les principes en œuvre au pays par la suite, surtout en ce qui concerne la sécurité et le bien-être des femmes autochtones. L’AFAC continuera de tenir le Canada responsable des déclarations et des accords qu’il prend en ce qui concerne la mise en œuvre des droits des peuples autochtones, de sorte qu’ils aboutissent à des mesures concrètes au Canada.

L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) est fondée sur l’objectif commun d’améliorer, de promouvoir et de favoriser le bien-être social, économique, culturel et politique des Métisses et des femmes des Premières Nations, au sein de leurs communautés autochtones et de la société canadienne. À titre d’organisme national qui représente les femmes autochtones depuis 1974, l’AFAC a pour mandat de réaliser l’égalité pour toutes les femmes autochtones au Canada.

Pour obtenir plus d’information sur la Conférence mondiale des peuples autochtones, consulter le site Web des Nations Unies à l’adresse suivante : http://www.un.org/fr/ga/search/view_doc.asp?symbol=A/69/l.1

– 30 –

Claudette Dumont-Smith, directrice générale
1, rue Nicholas, 9e étage Ottawa (Ontario) K1N 7B7
Téléphone : 613-722-3033, poste 223
Sans frais : 1-800-461-4043
Courriel : cdumontsmith@nwac.ca

14.09.24 Document final adopté par tous les états membres des Nations-Unies, sauf le Canada

 

Please follow and like us:

Canada uses World Conference to continue indefensible attack on UN Declaration on the Rights of Indigenous Peoples

EN ANGLAIS SEULEMENT

PRESS RELEASE – FOR IMMEDIATE RELEASE

September 24, 2014 – Indigenous peoples’ organizations and human rights groups are outraged that the federal government used a high level United Nations forum on Indigenous rights as an opportunity to continue its unprincipled attack on the UN Declaration on the Rights of Indigenous Peoples. On Monday, the World Conference on Indigenous Peoples — a high level plenary of the UN General Assembly in New York — adopted a consensus statement reaffirming support for the UN Declaration. Canada was the only member state to raise objections.

Chief Perry Bellegarde, Federation of Saskatchewan Indian Nations, said, “The World Conference was an opportunity for all states to reaffirm their commitment to working constructively with Indigenous peoples to uphold fundamental human rights standards. Alone among all the UN members, Canada instead chose to use this forum to make another unprincipled attack on those very standards.”

The Outcome Document, the product of many months of negotiations between states and Indigenous representatives prior to the World Conference, calls on member states to take “appropriate measures at the national level, including legislative, policy and administrative measures, to achieve the ends of the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples.”’

The Outcome Document also affirms provisions in the UN Declaration that decisions potentially affecting the rights of Indigenous peoples should be undertaken only with their free, prior and informed consent. After the Outcome Document was adopted, Canada filed a two page statement of objections, saying that it could not commit to uphold provisions in the UN Declaration that deal with free, prior and informed consent (FPIC) if these provisions were “interpreted as a veto.”

The notion that the  Declaration could be interpreted as conferring an absolute and unilateral veto power has been repeatedly raised by Canada as a justification for its continued opposition to the Declaration. This claim, however, has no basis either in the UN Declaration or in the wider body of international law. Like standards of accommodation and consent set out by the Supreme Court of Canada, FPIC in international law is applied in proportion to the potential for harm to the rights of Indigenous peoples and to the strength of these rights.

The word “veto” does not appear in the UN Declaration. « The right of free, prior and informed consent is crucial to us, as self-determining peoples,” said Matthew Coon Come, Grand Chief of the Grand Council of the Crees. “The government has never explained what it means by ‘veto.’ Is a ‘veto’ absolute? If so, then a ‘veto’ isn’t the same thing as ‘consent.’” In international law, human rights are generally relative and not absolute. The right to free, prior and informed consent in the UN Declaration is not absolute. Grand Chief Ed John, First Nations Summit, said, “In the recent decision recognizing Tsilhqot’in title, the Supreme Court itself rejected Canada’s incomprehensible position.”

In its unanimous decision recognizing Tsilhqot’in ownership of a large part of their traditional lands, the Supreme Court stated in June, “Governments and individuals proposing to use or exploit land, whether before or after a declaration of Aboriginal title, can avoid a charge of infringement or failure to adequately consult by obtaining the consent of the interested Aboriginal group.” National Chief Ghislain Picard, Assembly of First Nations, said, “Canada keeps insisting that Indigenous peoples don’t have a say in development on their lands.

This position is not consistent with the UN Declaration on the Rights of Indigenous Peoples, decisions by its own courts, or the goal of reconciliation.” Regional Chief Stan Beardy, Chiefs of Ontario, said, “Either through the social license to operate, which refers to the level of acceptance or approval that a local community provides to development, or a Notice of Assertions as provided by First Nations in Ontario this past summer, First Nations are already exercising a direct say about development on their lands — whether Canada objects internationally or not.”

Grand Chief Stewart Phillip, President of the Union of BC Indian Chiefs, said, “The Outcome Document speaks directly to the pressing human rights concerns of Indigenous Peoples in Canada such as Indigenous Peoples’ participation in consent-based decisions regarding resource development, the need to close the gap in access to government services, and the dire need to address violence against Indigenous women.

In light of the game-changing Supreme Court of Canada Tsilhqot’in Nation decision, Canada should have embraced the Outcome Document rather than be the only State in the United Nations to invent self-serving reasons to object.” Canada’s objection to the World Conference Outcome Document contradicts Canada’s 2010 statement of endorsement of the UN Declaration in which the government said, “We are now confident that Canada can interpret the principles expressed in the Declaration in a manner that is consistent with our Constitution and legal framework.”

In contrast, Canada told the UN that FPIC provisions in the Declaration “run counter to Canada’s constitution” and would “negate” Supreme Court mandated policies on consultation and accommodation. “It strains credibility to think Canadian officials could actually believe the ridiculous claims they presented to the United Nations,” said Michelle Audette, President of the Native Women’s Association of Canada. “This kind of bad faith and dishonesty will only further tarnish Canada’s reputation and erode Canada’s influence on the world stage.”

On 1 May 2008, over 100 scholars and experts in Canadian constitutional and international law signed an Open Letter stating that the Declaration was “consistent with the Canadian Constitution and Charter … Government claims to the contrary do a grave disservice to the cause of human rights and to the promotion of harmonious and cooperative relations.”

The Outcome Document adopted by the UN General Assembly also calls for “equal access to high-quality education that recognizes the diversity of the culture of indigenous peoples, as well as health, housing, water, sanitation and other economic and social programmes to improve their well-being.” Specific measures are urged for Indigenous people with disabilities and to address HIV/AIDS.

In addition, the Outcome Document calls for “measures which will ensure the full and effective participation of indigenous women in decision making processes at all levels and in all areas,” as well as intensified efforts to stop violence against Indigenous women. Ad hoc coalition on the UN Declaration on the Rights of Indigenous Peoples Statement endorsed by: Amnesty International Canada Assembly of First Nations Canadian Friends Service Committee Chiefs of Ontario Federation of Saskatchewan Indian Nations First Nations Summit Grand Council of the Crees (Eeyou Istchee) Indigenous World Association KAIROS: Canadian Ecumenical Justice Initiatives Native Women’s Association of Canada Union of British Columbia Indian Chiefs

14.09.24 Canada Continues Attack on UNDRIP Joint Statment

Please follow and like us:

Déclaration commune pour l’anniversaire de la Déclaration de l’ONU sur les droits des peuples autochtones : les droits relatifs aux territoires et aux ressources doivent être reconnus et protégés

(12 septembre 2014)–Le 13 septembre marque le 7e anniversaire de l’adoption de la Déclaration de l’ONU sur les droits des peuples autochtones, un outil de consensus global sur les droits de la personne. La Déclaration demande à tous les États de sauvegarder les droits relatifs aux territoires traditionnels et aux ressources des peuples autochtones, incluant les titres juridiques des territoires. De plus, la Déclaration exige des mécanismes équitables et transparents pour s’assurer que tout différend relatif aux territoires et aux ressources soit résolu de manière juste et opportune.

La reconnaissance et la protection des droits exigés par la Déclaration se reflètent de plus en plus dans les décisions des tribunaux canadiens.

Par exemple, dans une décision unanime, Tsilhqot’in Nation c. Colombie-Britannique, la Cour suprême du Canada a statué que le peuple Tsilhqot’in du centre de la C.-B. continue à détenir le titre à 1700 km2 de son territoire traditionnel. Par conséquent, ce peuple a le droit de contrôler la façon dont le territoire est utilisé et de profiter de ses ressources.

Avec cette importante décision, la Cour suprême a affirmé que les titres de territoires autochtones datant d’avant l’arrivée des Européens en Amérique continuent d’exister et peuvent s’appliquer juridiquement. Dans cette décision, la juge en chef, Beverley McLachlin, a affirmé avec insistance qu’il serait sage que les gouvernements et l’industrie obtiennent le consentement des peuples autochtones, puisque des décisions sans leur consentement peuvent être rejetées, une fois le titre résolu. La décision stipule que « si la Couronne entreprend un projet sans le consentement préalable au titre autochtone établi, il pourrait être nécessaire d’annuler le projet lors de l’établissement du titre. »

De tels droits de contrôle et de consentement sont en accord avec la Déclaration de l’ONU.

La Déclaration de l’ONU et la décision dans l’affaire Tsilhqot’in Nation présentent des occasions cruciales pour retisser les liens avec les peuples autochtones de façon à ce que les droits de la personne soient entièrement respectés et que les peuples autochtones soient en mesure d’assurer la sécurité et le bien-être des générations actuelles et futures. À cette fin, les gouvernements du Canada doivent être disposés à rompre avec le statu quo qui a dépossédé, marginalisé et appauvri des nations, des communautés et des familles autochtones.

Nos organisations demandent aux gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux de confirmer et de respecter les droits des peuples autochtones comme le stipulent la constitution canadienne, les traités et la loi des droits de la personne. Ceci nécessite :

  • de travailler en collaboration avec les peuples autochtones pour résoudre les conflits existants sur les territoires et les différends concernant les traités de manière équitable, opportune et en accord avec les obligations juridiques locales et internationales du Canada;
  • d’abandonner les approches antagonistes et régressives maintenant fermement rejetées par les tribunaux et les institutions internationales des droits de la personne;
  • de fournir une protection efficace des droits et intérêts des peuples autochtones en attendant la résolution des conflits reliés aux territoires et aux ressources, incluant de respecter leur consentement libre, préalable et éclairé sur toutes les décisions pouvant potentiellement avoir une incidence sur leurs droits;
  • de respecter la décision de la Cour suprême dans l’affaire Tsilhqot’in Nation stipulant que « les incursions sur le titre autochtones ‘ne peuvent jamais être justifiées’ si elles privaient considérablement les générations futures des avantages du territoire. »

Il y a près de vingt ans, la Commission royale sur les peuples autochtones (« CRPA ») a conclu que les peuples des Premières nations, Inuits et Métis ont des droits légaux légitimes pour un territoire beaucoup plus grand que ce qu’ils contrôlent actuellement. La CRPA a indiqué que si les peuples autochtones « ne peuvent pas obtenir une plus grande part des territoires et des ressources du pays, leurs institutions d’autogouvernance échoueront… ils seront poussés au bout de l’extinction économique, culturelle et politique. »

L’affirmation des droits reliés aux territoires et aux ressources des Autochtones ne peuvent être différés pour une autre génération. Les gouvernements du Canada doivent agir maintenant avec urgence et bonne volonté. Comme l’a souligné la Cour suprême dans la décision Tsilhqot’in, « ce qui est en jeu n’est rien de moins que la justice… et… la réconciliation. »

 

Coalition ad hoc sur la Déclaration de l’ONU sur les droits des peuples autochtones

Organisations signataires : Amnistie internationale Canada Assemblée des Premières nations

Secours Quaker canadien Chiefs of Ontario Federation of Saskatchewan Indian Nations Sommet des Premières nations Grand conseil des Cris (Eeyou Istchee) Association du monde indigène KAIROS – Initiatives œcuméniques canadiennes pour la justice Ralliement national des Métis

14.09.22 Anniversaire de la DDPA de l’ONU

Please follow and like us:

L’AFAC continue de réclamer la tenue d’une enquête nationale publique et l’élaboration d’un plan d’action exhaustif dans le dossier de la violence envers les femmes et les filles autochtones

COMMUNIQUÉ – PUBLICATION IMMÉDIATE

OTTAWA (Ontario), le 17 septembre 2014 – L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) est heureuse du fait que la violence envers les femmes et les filles autochtones est une priorité pour le gouvernement du Canada, que celui-ci considère inacceptables les taux élevés de disparition et d’assassinat de femmes et de filles autochtones et qu’il soit d’avis que cette situation doit prendre fin.

L’AFAC apprend avec une certaine satisfaction que le gouvernement fédéral s’est engagé à reconduire pour une période additionnelle de cinq ans le financement des programmes existants qui ont pour but d’améliorer la vie des femmes autochtones, comme l’indique le « Plan d’action pour contrer la violence familiale et les crimes violents à l’endroit des femmes et des filles autochtones ». Cependant, il est important de noter que certains de ces programmes, comme le Centre national pour les personnes disparues et les restes non identifiés et le Répertoire de données génétiques sur les personnes disparues, qui seront d’une grande utilité pour déterminer l’ethnicité des personnes disparues et assassinées, concernent toutefois la population en général et non les Autochtones en particulier. « Il n’en reste pas moins que la mise en place de ce plan d’action est un pas dans la bonne direction », dit la présidente de l’AFAC, Michèle Audette.

« Nous savons que les mesures déjà en place sont inadéquates pour régler le problème des taux élevés de meurtre de femmes autochtones et de violence envers les femmes autochtones », ajoute Mme Audette. « L’AFAC demande une table ronde nationale pour rassembler tous les ordres de gouvernement, les organismes autochtones nationaux et des représentants des familles éprouvées, afin de se pencher ensemble sur des questions comme le développement économique, la formation, le logement, l’éducation, la santé et le soin des enfants, pour mieux examiner les programmes et les services existants. Cet examen permettra d’élaborer un plan d’action exhaustif continu et d’éviter le développement de programmes et de services fragmentaires et décousus. »

« L’AFAC considère toujours qu’il est nécessaire de tenir une enquête publique nationale pour évaluer l’ampleur du problème et dévoiler, une fois pour toutes, la gravité du problème de la violence envers les femmes autochtones, parce que les prédateurs pensent qu’ils peuvent faire violence et même assassiner nos femmes en toute impunité », poursuit la présidente de L’AFAC. « L’Association des femmes autochtones du Canada est prête à collaborer véritablement avec le gouvernement fédéral pour s’attaquer au problème de la violence, car c’est toujours une question hautement prioritaire pour l’AFAC, comme ce devrait l’être pour toute la population du Canada », précise-t-elle.

L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) est fondée sur l’objectif commun d’améliorer, de promouvoir et de favoriser le bien-être social, économique, culturel et politique des Métisses et des femmes des Premières Nations, au sein de leurs communautés autochtones et de la société canadienne. À titre d’organisme national qui représente les femmes autochtones depuis 1974, l’AFAC a pour mandat de réaliser l’égalité pour toutes les femmes autochtones au Canada.

– 30 –

Pour obtenir plus d’information, s’adresser à:

Claudette Dumont-Smith Directrice générale
Téléphone : 613-722-3033, poste 223
Sans frais : 1-800-461-4043
Courriel : cdumontsmith@nwac.ca

14.09.17 Réaction de l’AFAC au Plan d’action du gouvernement du Canada

Please follow and like us:

L’AFAC annonce les noms des lauréates du Prix commémoratif Helen Bassett à l’intention des étudiantes 2014

COMMUNIQUÉ – PUBLICATION IMMÉDIATE

Ottawa (Ontario), le 29 août 2014 – L’Association des femmes autochtones du Canada est fière d’annoncer les noms des lauréates du Prix commémoratif Helen Bassett à l’intention des étudiantes 2014. Cette initiative, qui a pour but d’aider des femmes autochtones inscrites à des programmes d’enseignement postsecondaire, résulte de la générosité de Mme Helen Basset. Partisane active de l’égalité des droits pour les Autochtones et, en particulier, les femmes autochtones, Mme Bassett a légué des fonds pour créer des prix à l’intention d’étudiantes de niveau postsecondaire, tout spécialement celles qui se préparent à une carrière dans le domaine du droit.

L’Association des femmes autochtones du Canada tient à appuyer des jeunes femmes autochtones désireuses de poursuivre leurs études au niveau postsecondaire. Cette année, le comité de sélection du Prix commémoratif Helen Bassett à l’intention des étudiantes a reçu et examiné plus de 50 candidatures de femmes autochtones à l’échelle du Canada. L’AFAC est heureuse d’annoncer l’attribution de quatre prix de 1000,00 $ aux remarquables jeunes femmes suivantes.

Siera Bearchell (OUEST)

Siera, qui est Métisse et étudiante en droit, entame la première année d’un doctorat en jurisprudence (Juris Doctor) à l’Université de la Saskatchewan. Grâce à la passion qui la pousse à faire sa marque dans la société, elle a pu surmonter de nombreux obstacles avant d’accéder à la faculté de droit. Lorsqu’elle aura terminé ses études, Siera veut devenir un chef de file en droit canadien et elle entend faire son possible pour avoir un effet important et mémorable sur la vie des femmes autochtones.

Brittnee Sheridan (EST)

Brittnee, jeune citoyenne des Premières Nations originaire de Terre-Neuve, en est à sa quatrième année d’études à l’Université laurentienne, à Sudbury, où elle s’est inscrite en droit et justice, ainsi qu’au programme d’études autochtones. Brittnee est extrêmement active dans la communauté où elle réside et compte sur son bagage éducatif pour réaliser son désir de travailler à l’amélioration des droits de toutes les femmes autochtones au Canada.

Alyssa Flaherty-Spence (NORD)

Alyssa est une étudiante inuite qui a mené à bien un programme d’études préjuridiques à l’intention des étudiants autochtones d’une durée de huit semaines; elle est inscrite en deuxième année du programme de common law de la faculté de droit à l’Université d’Ottawa. Déterminée à faire respecter l’égalité des droits, Alyssa aspire à aider les femmes autochtones par la pratique du droit dans le cadre d’une institution qui reconnaît les injustices lorsqu’il s’agit de la représentation des Autochtones.

Caitlin Tolley (SUD)

Caitlin est une jeune Anishinabe qui est acceptée dans le programme de jurisprudence (Juris Doctor) de l’Université d’Ottawa. À l’âge de 21 ans, elle a été la plus jeune personne de sa communauté à être élue conseillère; à ce titre, elle s’est efforcée de régler des problèmes que connaissent les femmes en matière de santé et de services sociaux. Caitlin entend mettre les compétences qu’elle pourra acquérir par ses études au service des Premières Nations pour défendre leurs intérêts et obtenir justice.

L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) est fondée sur l’objectif commun d’améliorer, de promouvoir et de favoriser le bien-être social, économique, culturel et politique des Métisses et des femmes des Premières Nations, au sein de leurs communautés autochtones et de la société canadienne. À titre d’organisme national qui représente les femmes autochtones depuis 1974, l’AFAC a pour mandat de réaliser l’égalité pour toutes les femmes autochtones au Canada.

– 30 –

Pour obtenir plus d’information, s’adresser à :

Claudette Dumont-Smith Directrice générale
Téléphone : 613-722-3033, poste 223
Sans frais :  1-800-461-4043
Courriel : cdumontsmith@nwac.ca

14.08.29 Gagnantes de la bourse commémorative Helen Basset

Please follow and like us:

L’AFAC est découragée par les suppositions racistes du Globe and Mail

COMMUNIQUÉ – PUBLICATION IMMÉDIATE 

OTTAWA (Ontario), le 27 août 2014 – L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) est déçue des propos racistes que contient l’article publié par le quotidien Globe and Mail, intitulé « Posturing is the only reason for a missing women inquiry » [Faire des vagues est la seule raison de réclamer la tenue d’une enquête sur les femmes disparues]. Cet article est symptomatique du problème auquel les Autochtones sont confrontés tous les jours. Des généralisations racistes sont souvent faites pour tenter d’écarter la vraie question, c’est-à-dire que, comparativement aux femmes non autochtones et compte tenu de leurs populations, les femmes et les filles autochtones sont expressément ciblées à des taux alarmants par des prédateurs et leurs agresseurs savent qu’ils vont probablement s’en sortir impunément.

Il n’est dit nulle part dans les rapports de l’AFAC ou de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) que les femmes autochtones disparues et assassinées sont tuées par des hommes autochtones; c’est pourtant ce que présume le Globe and Mail, laissant entendre que toutes les femmes autochtones sont tuées par des hommes autochtones et que c’est un problème « autochtone seulement ». Dans l’article, Jeffrey Simpson affirme : [traduction] « Même si le rapport ne le dit pas directement, les données suggèrent fortement que les femmes autochtones étaient (et sont) en grande partie victimisées par des hommes autochtones, ce qui veut dire que, si l’on veut savoir à quoi est dû cet état de choses, on ne trouvera pas de solutions à ce problème dans une enquête publique, mais dans les communautés autochtones – et, bien sûr, dans une réflexion plus générale sur la situation désavantagée des Autochtones au Canada. »

« Ni le rapport de la GRC ni aucun résultat des recherches effectuées par l’AFAC ne mentionnent la race des contrevenants reconnus coupables du meurtre de femmes autochtones; faire de telles généralisations est dangereux et perpétue le racisme envers les hommes autochtones », a dit la présidente de l’AFAC, Michèle Audette. Même si les résultats de la recherche démontrent que la plupart des homicides sont attribuables, le plus souvent, à un conjoint ou à quelqu’un d’autre que la victime connaissait, il n’est dit nulle part que les femmes autochtones sont mariées à des hommes autochtones et que toutes leurs connaissances sont des Autochtones. Présumer que les conjoints sont Autochtones est une erreur.

« Il est irresponsable de la part du Globe and Mail d’insinuer que les 1200 cas de disparition et de meurtre de femmes autochtones ne sont rien de plus que le résultat de la violence dans les communautés autochtones. L’affirmer, c’est détourner l’attention du vrai problème, c’est-à-dire qu’il y a considérablement plus de femmes autochtones que de femmes non autochtones qui sont tuées dans ce pays, que les enquêtes n’ont pas éte menées de manière à aboutir à une résolution et que la réponse de la justice et du public à ces crimes est très problématique », a poursuivi Mme Audette.

L’AFAC demande que le Globe and Mail rétracte ses affirmations non fondées et que les autres médias soient consciencieux lorsqu’ils abordent de telles questions comme celles- ci dans leur couverture de l’actualité afin d’éviter d’alimenter le racisme envers les Autochtones au Canada.

L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) est fondée sur l’objectif commun d’améliorer, de promouvoir et de favoriser le bien-être social, économique, culturel et politique des Métisses et des femmes des Premières Nations, au sein de leurs communautés autochtones et de la société canadienne. À titre d’organisme national qui représente les femmes autochtones depuis 1974, l’AFAC a pour mandat de réaliser l’égalité pour toutes les femmes autochtones au Canada.

– 30 –

Pour obtenir plus d’information, s’adresser à :

Claudette Dumont-Smith, directrice générale
Téléphone: 613-722-3033, poste 223
Sans frais : 1-800-461-4043
Courriel : cdumontsmith@nwac.ca

14.08.27 Propos racistes par le Globe and Mail

 

Please follow and like us:

The Obvious Need for a National Public Inquiry!

EN ANGLAIS SEULEMENT

PRESS RELEASE – FOR IMMEDIATE RELEASE

August 19, 2014 (Ottawa, ON) – The Native Women’s Association of Canada (NWAC) is once again extremely disheartened and discouraged to learn that the wrapped body, pulled out of the Red River, Manitoba on August 18, was that of 15 year-old Tina Fontaine, who had only very recently gone missing. And, just a week ago prior to this event, the remains of another young Aboriginal woman, Samantha Paul, was found near Kamloops, BC.

“Every week now, we hear of another Aboriginal girl or woman, who has gone missing, to be found brutally murdered. This must stop!” exclaimed Michèle Audette, President of the Native Women’s Association of Canada (NWAC).

As indicated in the recently released Royal Canadian Mounted Police (RCMP) report, Missing and Murdered Aboriginal Women: A National Operational Overview, the total number of Aboriginal who have been identified as missing or murdered clearly indicates that they are over-represented among all of Canada’s missing and murdered women.

“This is a national disgrace, a national tragedy and a travesty of justice for Aboriginal women and is an issue that all Canadians have to take ownership of”, said President Audette. NWAC, and its’ many supporters, have been relentless in its call for a national public inquiry and a comprehensive action plan to address this crisis. “With the ever increasing number of missing and murdered Aboriginal girls and women, there is an obvious need for a National Public Inquiry – nothing else will do”, said President Audette.

The Native Women’s Association of Canada (NWAC) is founded on the collective goal to enhance, promote, and foster the social, economic, cultural and political well-being of First Nations and Métis women within First Nation, Métis and Canadian societies. As a national organization representing Aboriginal women since 1974, NWAC’s mandate is to achieve equality for all Aboriginal women in Canada.

– 30-

For additional information, please contact:

Claudette Dumont Smith, Executive Director
1-800-461-4043 or cdumontsmith@nwac.ca

14.08.19 Need for a National Public Inquiry

Please follow and like us:

L’AFAC veut que le nom de Thérèse Casgrain soit redonné au Prix national pour le bénévolat

COMMUNIQUÉ – PUBLICATION IMMÉDIATE

OTTAWA (Ontario), le 6 août 2014 – L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) craint que le legs de Thérèse Casgrain soit menacé par le retrait brusque et irrespectueux de son nom de celui du Prix national pour le bénévolat.

Le Prix Thérèse-Casgrain pour le bénévolat a été créé pour honorer des individus chez qui se reflète la nature altruiste du travail de Mme Casgrain. Celle-ci a lutté pour que les Québécoises obtiennent le droit de vote, lequel leur a finalement été reconnu en 1940.

La présidente de l’AFAC, Michèle Audette, a déclaré : « Au Québec, où sont mes racines, une forte tradition de remarquables femmes autochtones et non autochtones a aidé à persuader les femmes et les filles qu’elles peuvent participer activement à la vie économique et politique du Québec. Il reste encore beaucoup de travail à faire, mais on ne peut ni réduire ni oublier les nombreuses contributions de Thérèse Casgrain en tant que féministe des premières heures au Québec. »

Rebaptisé « Prix du premier ministre pour le bénévolat », cet honneur n’est pas centré sur les principes incarnés par Mme Casgrain, et l’AFAC demande que le nom de Thérèse Casgrain soit rétabli et fasse à nouveau partie du Prix national du Canada pour le bénévolat.

L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) est fondée sur le but collectif d’améliorer, de promouvoir et de favoriser le bien-être social, économique, culturel et politique des femmes autochtones (Premières Nations et Métisses) au sein de leurs propres sociétés et de la société canadienne. À titre d’organisme national qui représente les femmes autochtones depuis 1974, l’AFAC a pour mandat de réaliser l’égalité pour toutes les femmes autochtones au Canada.

– 30 –

Pour obtenir plus d’information, contacter :

Claudette Dumont-Smith Directrice générale
Téléphone : 613-722-3033 poste 223
Sans frais : 1-800-461-4043

14.08.06 L’AFAC souhaite que le nom de Thérèse Casgrain soir remis sur la liste des Prix du bénévole national

Please follow and like us:

L’AFAC fait appel à tous les députés fédéraux pour qu’ils appuient le projet de loi S-212, afin d’assurer la représentation égale de femmes et d’hommes autochtones dans la structure de gouvernance des grandes institutions économiques du Canada

COMMUNIQUÉ – PUBLICATION IMMÉDIATE

OTTAWA (Ontario), le 31 juillet 2014 – L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) appuie entièrement le projet de loi S-212, présenté par la sénatrice Céline Hervieux-Payette, visant à moderniser la représentation équilibrée des femmes et des hommes dans la composition des conseils d’administration de certaines personnes morales, institutions financières et sociétés d’État mères.

L’AFAC applaudit Mme Hervieux-Payette pour le dépôt du projet de loi S-212 et demande à tous les partis politiques et à tous les députés fédéraux de l’appuyer. L’appui au projet de loi S-212 apportera équité et égalité aux grandes entités économiques décisionnelles du Canada et portera ses fruits par la production de résultats solides et néanmoins durables. « Le projet de loi S-212 ne va toutefois pas assez loin », de dire la présidente de l’AFAC, Michèle Audette. « Le projet de loi S-212 devrait demander également que la composition de ces prestigieux conseils d’administration canadiens comprenne aussi un nombre égal d’Autochtones, particulièrement de femmes autochtones hautement qualifiées. S’il y a des femmes autochtones qui sont membres des conseils d’administration parmi les 500 plus grandes entreprises, sociétés d’État et autres agences gouvernementales canadiennes de premier plan, nous sommes certaines qu’elles sont très peu nombreuses. En grande partie, pourtant, le travail de ces entreprises et sociétés rentables a des répercussions sur la vie et le bien-être des Autochtones », d’ajouter Mme Audette.

Signataire d’une entente dans le cadre de la Stratégie de formation pour les compétences et l’emploi destinée aux Autochtones (SFCEA), l’AFAC est d’accord avec sa présidente en ce qui concerne les avantages que comporte la présence de femmes à la direction d’entreprises. Les partenariats pour la formation et l’emploi que l’AFAC a conclus avec des sociétés et autres institutions dirigées par des femmes démontrent qu’elles sont de remarquables partenaires, qui embauchent des clientes de l’AFAC qualifiées et travaillantes.

La présidente de l’AFAC, Michèle Audette, a déclaré de plus : « Selon mon expérience, lorsque les femmes sont représentées également dans la gouvernance de sociétés ou lorsqu’elles tiennent des rôles dans la haute direction, les entreprises et les sociétés maintiennent leur degré élevé de rentabilité. Lorsque nous parlons de parité et d’égalité, nous devons donc parler aussi de l’inclusion des Autochtones à tous les niveaux, en particulier celui du conseil d’administration, où d’importantes décisions sont prises, et surtout lorsque les sociétés en question font des affaires qui engendrent des profits considérables tirés de nos territoires. »L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) est fondée sur le but collectif d’améliorer, de promouvoir et de favoriser le bien-être social, économique, culturel et politique des femmes autochtones (Premières Nations et Métisses) au sein de leurs propres sociétés et de la société canadienne. À titre d’organisme national qui représente les femmes autochtones depuis 1974, l’AFAC a pour mandat de réaliser l’égalité pour toutes les femmes autochtones au Canada.

– 30 –

Pour obtenir plus d’information, contacter :

Claudette Dumont-Smith Directrice générale
Téléphone : 613-722-3033, poste 223
Sans frais : 1-800-461-4043

14.07.31 NWAC demande à tous les Membres du Parlement de soutenir le Projet de loi S-212

 

Please follow and like us:

La Coalition des femmes a bon espoir que la nouvelle loi s’en prendra aux torts de la prostitution

We Want More For Women Pic

 

 

 

 

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Pour diffusion immédiate

(Ottawa – Le mercredi 4 juin 2014) La Coalition des femmes pour l’abolition de la prostitution – une coalition pancanadienne de femmes en quête d’égalité – a bon espoir à voir la nouvelle loi s’en prendre aux torts qui sont au coeur de la prostitution : l’achat, la marchandisation et le proxénétisme du corps des femmes. Toutefois, la Coalition critique le fait que la loi ne s’en prend pas suffisamment aux facteurs conjugués d’inégalité que sont le sexe, la race et la classe pour les femmes en prostitution, et le fait que certains éléments de la communication visant à vendre des services sexuels sont criminalisés.

Madame Michèle Audette, de l’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC), explique la position de la Coalition : « La prostitution exploite les femmes et aggrave les inégalités fondées sur le sexe, la race, l’âge, les handicaps et la pauvreté. Notre but est de mettre fin à la prostitution des femmes par des mesures juridiques et par des politiques publiques qui tiennent compte des obligations de l’État à répondre aux besoins fondamentaux des femmes et des jeunes femmes et à les protéger de la violence masculine contre les femmes. »

La Coalition insiste pour que les femmes ne soient pas blâmées pour leur propre exploitation et pour que seuls les hommes qui achètent et vendent des femmes soient tenus responsables.
Lee Lakeman de l’Association canadienne des centres contre les agressions à caractère sexuel (ACCACS) : « L’ACCACS s’oppose à la continuation du blâme des femmes dans ce projet de loi. Où que cette violence contre les femmes soit commise, elle est imputable aux hommes qui achètent du sexe. L’ACCAXS accueille donc l’accent mis sur la criminalisation des acheteurs et des gestionnaires de cette industrie. Cependant, la vigilance sera de mise pour vérifier que la loi sera imposée aux hommes qui achètent du sexe et non aux femmes qui en vendent. Les propositions de peines accrues dans cette situation sont à la fois désolantes et peu convaincantes puisque les hommes ne sont presque jamais arrêtés et encore moins condamnés efficacement. »

Kim Pate, de l’Association canadienne des sociétés Elizabeth Fry (ACSEF), ajoute : « La décriminalisation des femmes et la responsabilisation des hommes qui achètent et vendent des femmes et des filles ne veut rien dire si l’inégalité économique, raciale et sociale des femmes n’est pas prise en compte. »

La Coalition exhorte tous les partis du Parlement à soutenir les groupes de femmes dans leur lutte pour l’égalité et la liberté des femmes. Diane Matte, de la Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle (CLES) : « Le Parlement doit adopter de nouveaux objectifs dans sa loi sur la prostitution. Ces objectifs doivent tenir compte du fait que la prostitution est, à sa racine même, une forme de violence contre les femmes. Il est temps que le Canada voit la prostitution comme ce qu’elle est, une pratique d’inégalité. Nous comptons maintenant sur tous les partis politiques pour qu’ils adoptent une approche non partisane et choisissent le droit à l’égalité et à la sécurité pour les femmes. »

-30-

Membres de la Coalition des femmes pour l’abolition de la prostitution:

Action ontarienne contre la violence faite aux femmes (AOcVF)

Association canadienne des centres contre les agressions à caractère sexuel (ACCACS)

Association Canadienne des Sociétés Elizabeth Fry (ACSEF)

Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle (CLES)

Association des femmes autochtones du Canada (NWAC)

Regroupement québécois des centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (RQCALACS)

Vancouver Rape Relief & Women’s Shelter

Contacts média :

Éliane Legault-Roy 514-692-4762 eliane.legault-roy@lacles.org

Hilla Kerner 604-872-8212 hillak@rapereliefshelter.bc.ca

 

2014.06.09 La Coalition des femmes a bon espoir que la nouvelle loi s’en prendra aux torts de la prostitution

Please follow and like us:

L’Association des femmes autochtones du Canada appuie les recommandations formulées par le rapporteur spécial des Nations Unies dans son rapport

COMMUNIQUÉ – PUBLICATION IMMÉDIATE

OTTAWA (Ontario), le 14 mai 2014 – L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) accueille favorablement le rapport du rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits des populations autochtones, James Anaya. Ce rapport souligne les préoccupations constantes des peuples autochtones en matière de droits de la personne au Canada et comprend des recommandations en vue d’apporter les améliorations nécessaires aux lois et aux politiques gouvernementales. L’AFAC demande au gouvernement du Canada d’assurer la mise en oeuvre de ces recommandations en collaboration avec les peuples et les organisations autochtones.

Dans son rapport, M. Anaya incite le gouvernement fédéral à mener une enquête nationale approfondie sur la question des femmes et des filles autochtones assassinées et disparues. Cette recommandation arrive à point nommé à la lumière des informations récentes selon lesquelles la Gendarmerie royale du Canada a dressé une liste de quelque 1200 cas de disparition et de meurtre de femmes autochtones au Canada. L’inertie qu’oppose le gouvernement fédéral à la réclamation d’une enquête attire l’attention sur la scène internationale, soulevant un tollé général d’organisations et de communautés autochtones, de députés fédéraux et d’organismes internationaux.

Le rapport de M. Anaya est l’aboutissement de la visite qu’il a faite au Canada en octobre 2013, lorsqu’il a examiné la situation des peuples autochtones, y compris la dénonciation par des femmes autochtones et leurs familles de nombreuses violations des droits de la personne. Pendant son séjour au Canada, le rapporteur spécial a visité plusieurs endroits dans différentes régions du pays et il a rencontré des représentants du gouvernement du Canada et de groupes autochtones (dont l’AFAC).

La présidente de l’AFAC, Michèle Audette, a déclaré : « Nous sommes heureuses de voir que le rapporteur spécial réitère l’argument avancé depuis longtemps par l’AFAC, que beaucoup d’autres appuient, voulant qu’une enquête nationale publique soit tenue et qu’un plan d’action exhaustif élaboré pour faire face à cette situation. La question de la violence envers les femmes et les filles autochtones demeure cruciale et il faut agir énergiquement immédiatement et prendre les mesures qui s’imposent.

L’AFAC reconnaît l’engagement du rapporteur spécial envers la sensibilisation à l’égard de la situation des peuples autochtones, les femmes et les filles surtout, en matière de droits de la personne au Canada et applaudit les efforts qu’il déploie pour encourager le gouvernement canadien à remplir l’obligation qui lui est faite de maintenir et de protéger les droits fondamentaux des Autochtones. « J’incite fortement le gouvernement à faire preuve de considération pour les préoccupations grandissantes de la communauté nationale et internationale et à mettre immédiatement en oeuvre une enquête publique nationale », a dit la présidente Audette.

L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) est fondée sur le but collectif d’améliorer, de promouvoir et de favoriser le bien-être social, économique, culturel et politique des femmes autochtones (Premières Nations et Métisses) au sein de leurs propres sociétés et de la société canadienne. À titre d’organisme national qui représente les femmes autochtones depuis 1974, l’AFAC a pour mandat de réaliser l’égalité pour toutes les femmes autochtones au Canada.

– 30 –

Pour obtenir plus d’information, contacter :

Claudette Dumont-Smith Directrice générale de l’AFAC
1, rue Nicolas, 9e étage
Ottawa (Ontario) K1N 7B7
Téléphone : 618-722-3033, poste 223
Sans frais : 1-800-461-4043
Courriel : cdumontsmith@nwac.ca
Site Web : www.nwac.ca

14.05.14 L’AFAC appuie les recommandations formulées par le rapporteur spécial des Nations Unies dans son rapport

Please follow and like us:

L’AFAC remercie le gouvernement de la Saskatchewan qui prend des mesures pour résoudre et prévenir les cas de personnes disparues ou assassinées en lançant la Missing Persons Week (Semaine des personnes disparues)

COMMUNIQUÉ DE PRESSE – POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

7 mai, Ottawa (Ont.) L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) félicite le gouvernement de la Saskatchewan pour la création de la Saskatchewan Missing Persons Week du 4 au 10 mai 2014. C’est une semaine consacrée à des activités visant à résoudre des cas de disparition et à en prévenir l’occurrence tout en honorant les personnes disparues. Les activités de la semaine sensibiliseront davantage la population aux diverses raisons pour lesquelles les personnes peuvent être portées disparues et font ressortir cinq des causes les plus fréquentes.

Les services de police de la Saskatchewan ont juridiction sur les cas des personnes disparues. Depuis quelques années, tous les services de police travaillent ensemble pour partager des renseignements sur des cas historiques, incluant des personnes disparues et des découvertes de restes humains. Ces renseignements sont désormais partagés avec le public dans l’espoir d’obtenir davantage d’indices permettant de retrouver des personnes disparues.

Des centaines de personnes disparaissent chaque année, mais la plupart reviennent saines et sauves auprès de leurs familles et de leurs amis. Dans certains cas, elles ne reviennent pas et l’on craint qu’elles aient été victimes d’actes suspects. Les services de police ont créé un site web qui présente les profils de ces personnes disparues. Un des critères d’inclusion au site web est que la personne soit portée disparue depuis plus de six mois et qu’elle soit originaire de la Saskatchewan. Les services de police continuent de chercher les personnes disparues jusqu’à ce que le cas soit résolu ou que toutes les avenues d’investigation soient épuisées.

Par le biais de l’initiative gouvernementale, les services de police invitent toutes les personnes à consulter le site. Ils ont aussi publié des vidéoclips de la « Missing Persons Week » pour sensibiliser la population de manière à résoudre les cas de personnes disparues et à prévenir d’une certaine façon la disparition d’autres. Ces publications sont affichées au nom du Provincial Partnership Committee on Missing Persons dans le cadre de la Missing Persons Week en Saskatchewan. La présidente de l’AFAC, Michèle Audette, a affirmé que : « Ceci est le genre d’action dont nous avons de besoin partout au Canada, à grande échelle, pour que nous puissions mettre fin aux taux élevés de cas de femmes disparues et assassinées non résolus et prévenir la disparition d’autres femmes. »

L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) vise un but collectif : favoriser, promouvoir et encourager le bien-être social, économique, culturel et politique des femmes des Premières nations et métisses au sein des sociétés des Premières nations, métisses et canadiennes. À titre d’organisation nationale représentant les femmes autochtones depuis 1974, le mandat de l’AFAC est d’obtenir l’égalité pour toutes les femmes autochtones au Canada.

-30-

Coordonnées :
Claudette Dumont Smith, directrice générale
1, rue Nicholas, 9e étage Ottawa (Ontario)
K1N 7B7 Sans frais 1-800-461-4043
Tél. : 613-722-3033, poste 223
cdumontsmith@nwac.ca

14.05.07 L’AFAC remercie le gouvernement de la Saskatchewan qui prend des mesures pour résoudre et prévenir MMAW

Please follow and like us:

L’AFAC a mené à bonne fin le programme De la preuve à l’action et espère réaliser d’autres projets pour combattre la violence envers les femmes et les filles autochtones

COMMUNIQUÉ DE PRESSE – POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

30 avril 2014, Ottawa (Ontario) L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) célèbre aujourd’hui la conclusion fructueuse projet De la preuve à l’action II. Financée par Condition féminine Canada, la réalisation de ce projet doté d’un budget de 1,89 million $ s’est échelonnée sur la période allant du 3 février 2011 au 30 avril 2014. La gestion en était assurée par le service de la Sécurité et de la prévention de la violence de l’AFAC, qui reçoit son financement à 100 % de Condition féminine Canada. Ce projet issu de l’initiative de renommée mondiale Soeurs par l’esprit, qui a pris fin en mars 2010, représentait l’évolution naturelle du travail de recherche et de promotion des intérêts découlant de Soeurs par l’esprit, grâce à l’élaboration d’outils et de ressources qui ont permis d’atteindre les objectifs du projet De la preuve à l’action II, c’est-à-dire :

  • renforcer la capacité des communautés, des gouvernements, des éducateurs et des prestataires de services de répondre à des problèmes liés aux causes premières de la violence envers les femmes et les filles autochtones;
  • élaborer des outils pour aider les femmes, les filles, les familles et les communautés autochtones à élaborer des stratégies de prévention de la violence et à répondre à l’expérience de la violence.

En vue d’atteindre ces objectifs, sept activités clés formaient le projet De la preuve à l’action II : des veilles de Soeurs par l’esprit, des rassemblements de familles, des histoires de vie, des ateliers d’engagement communautaire, un guide de ressources communautaires, un outil clinique et un échange de connaissances. Tous les indicateurs de réussite des activités ont été atteints, et dans certains cas ils ont été dépassés. Au total, on estime à 58 553 le nombre de personnes qui ont participé directement à la réalisation du projet De la preuve à l’action II, que ce soit dans le cadre des veilles de Soeurs par l’esprit, d’ateliers d’engagement communautaire (les poupées sans visage, par exemple), les rassemblements de familles ou d’autres activités.

« Aujourd’hui, nous ressentons à la fois douceur et amertume, parce que ces initiatives très réussies ont rehaussé la visibilité des femmes autochtones, du problème de la violence et des taux élevés de disparition et de meurtre de femmes et de filles autochtones », a déclaré la présidente de l’AFAC, Michèle Audette. « Maintenant que le projet De la preuve à l’action II est terminé, nous sommes obligées de mettre à pied toute une équipe qui a travaillé en matière de prévention de la violence et qui a la mémoire organisationnelle. »

L’AFAC a présenté une nouvelle proposition à Condition féminine Canada, le projet PEACE, qui représente le meilleur moyen de passer à l’étape suivante dans ce domaine d’expertise, et nous espérons recevoir une réponse positive bientôt.

Le projet est conçu pour créer des mécanismes qui forment un filet de sécurité afin de protéger les femmes et les filles autochtones. PEACE (qui signifie littéralement paix) est un acronyme anglais, formé des mots prévention, éducation, action, changement et évaluation. Dans le cadre de ce projet, nous entendons créer un outil polyvalent, comme il n’en existe pas encore, un outil qui rassemble en une même plateforme les processus de production des filets de sécurité nécessaires à la réussite des femmes et des filles autochtones.

Le projet se subdivise en quatre modules clés, qui font écho à ce que nous a appris la réalisation des projets Soeurs par l’esprit et De la preuve à l’action II, plus particulièrement le développement professionnel des prestataires de services, l’engagement des femmes et des filles autochtones, l’engagement des hommes et des garçons autochtones et l’engagement de l’industrie.

L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) est fondée sur l’objectif commun d’améliorer, de promouvoir et de favoriser le bien-être social, économique, culturel et politique des Métisses et des femmes des Premières Nations, au sein de leurs communautés autochtones et de la société canadienne. À titre d’organisme national qui représente les femmes autochtones depuis 1974, l’AFAC a pour mandat de réaliser l’égalité pour toutes les femmes autochtones au Canada.

– 30 –

Pour nous contacter :

Claudette Dumont-Smith
Directrice générale de l’AFAC
Téléphone : 1-800-461-4043
Courriel : cdumontsmith@nwac.ca
Site Web : www.nwac.ca

14.04.30L’AFAC a mené à bonne fin le programme

Please follow and like us:

La présidente de l’AFAC, Michèle Taïna Audette, honorée en tant que bâtisseuse de la nation par Enbridge Famous 5 Ottawa

COMMUNIQUÉ DE PRESSE – POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

29 avril 2014, Ottawa (Ontario) L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) félicite la présidente Michèle Taïna Audette à titre de récipiendaire du prix Enbridge Famous 5 Ottawa, Listening to the Drumbeat: Recognizing our past and honouring our future with Aboriginal Women (Écoutons le rythme des tambours : reconnaître notre passé et honorer notre avenir avec les femmes autochtones).

Famous 5 Ottawa honore d’éminentes femmes autochtones canadiennes en tant que bâtisseuses de la nation, le 29 avril au Centre national des Arts d’Ottawa. Le prix est remis à la présidente Audette, de même qu’à Allison Fisher, directrice générale du Wabano Centre for Aboriginal Health Ottawa, et à Betty Ann Lavallée, chef nationale du Congrès des peuples autochtones.

La mission du Famous 5 est d’inspirer les Canadiennes à courageusement lutter pour des changements qui contribueront à une société où il n’y aura pas de limites pour les femmes, dans l’esprit des Famous Five, pour qui « intégrité, courage, initiative, détermination et égalité forment la base de tout ce que nous faisons ».

Aujourd’hui, au Canada, les femmes autochtones font systématiquement face à l’inégalité, au racisme et au sexisme. Cette inégalité trouve son origine dans l’héritage colonial du gouvernement canadien qui a miné l’égalité entre les hommes et les femmes autochtones avec la légalisation de la discrimination sexiste et raciste dans différentes parties de la Loi sur les Indiens. La présidente Audette a travaillé à éliminer cette discrimination et à faire avancer les droits des femmes autochtones au Canada.

Parmi les réalisations de la présidente Audette jusqu’à maintenant, il y a la diffusion des enjeux-clés tels que la santé des femmes, le logement sécuritaire pour les femmes autochtones et des enjeux reliés à la jeunesse. Elle continue à représenter les femmes autochtones, à lutter pour une meilleure reconnaissance des femmes autochtones et une plus grande visibilité au niveau politique du Canada.

La présidente Michèle Taïna Audette suit les traces de sa mère, l’activiste Innu respectée Evelyne Saint-Onge, qui a inspiré Audette à militer au nom des femmes autochtones et à sensibiliser les décideurs aux inégalités qui touchent les peuples autochtones. La présidente Audette nous exhorte à « travailler ensemble, leaders et gouvernements, pour que se réalisent les aspirations et la promesse d’un meilleur avenir pour les femmes autochtones, le groupe le plus désavantagé au Canada ». L’éducation et la sécurité économique, la sécurité, et les aptitudes et la formation offriront des possibilités aux femmes autochtones et leur donneront le pouvoir de devenir des leaders et des membres essentiels des communautés où elles résident.

L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) vise un but collectif : favoriser, promouvoir et encourager le bien-être social, économique, culturel et politique des femmes des Premières nations et métisses au sein des sociétés des Premières nations, métisses et canadiennes. À titre d’organisation nationale représentant les femmes autochtones depuis 1974, le mandat de l’AFAC est d’obtenir l’égalité pour toutes les femmes autochtones au Canada.

-30-

Coordonnées :
Lorna Martin
Adjointe à la direction 1, rue Nicholas, 9e étage Ottawa (Ontario) K1N 7B7
Sans frais 1-800-461-4043
Tél. : 613-722-3033, poste

14.04.29 La présidente de l’AFAC, Michèle Taïna Audette, honorée en tant que bâtisseuse de la nation par Enbridge Famous 5 Ottawa

Please follow and like us:

Plus qu’invisibles, invisibles pour l’action véritable : Réponse de l’AFAC au Comité spécial sur la violence faite aux femmes autochtones

« Le moment aurait été opportun pour le gouvernement de démontrer à toute la population du Canada, et à nos collègues internationaux également, qu’il est vraiment déterminé à mettre fin à toutes les formes de violence envers les femmes et les filles autochtones. Ce rapport ne manifeste pas l’engagement ni ne mentionne les ressources nécessaires pour s’attaquer adéquatement à cette tragédie qui persiste – une tragédie qui se reflète sur le Canada en entier. » Michèle Audette, présidente de l’AFAC (mars 2014)

Fondée en 1974, l’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) est un organisme national qui représente les femmes autochtones et qui a pour but collectif d’améliorer, de promouvoir et de favoriser le bien-être social, économique, culturel et politique des femmes autochtones (Premières Nations et Métisses), au sein de leurs propres sociétés et de la société canadienne. L’AFAC est le seul organisme autochtone national à s’être doté d’un service qui se concentre uniquement sur la prévention de la violence et sur la sécurité pour les femmes et les filles autochtones au Canada.

L’AFAC et ses associations provinciales et territoriales membres (APTM) ont travaillé sans relâche avec des femmes et des filles autochtones de tous les milieux, dans toute l’île de la Tortue, en partant du principe que l’on doit soutenir nos nations et en assurer la continuation pour les sept prochaines générations. Ce dévouement et cet engagement envers la famille et la communauté nous animent depuis quarante ans et s’accompagnent du respect, de l’ardeur et de l’intégrité que l’on n’acquière que par la création de liens, la confiance et les expériences communes.

L’AFAC traite de la question des femmes et des filles autochtones disparues et assassinées au Canada depuis de nombreuses années et demeure profondément préoccupée par le fait que ce problème est loin d’être réglé. Dans le cadre de son projet Soeurs par l’esprit, qui a pris fin en 2010, l’AFAC a documenté 582 cas de femmes et de filles autochtones disparues ou assassinées au Canada; nous continuons toutefois d’entendre parler de « nouveaux » cas de femmes et de filles autochtones portées disparues ou assassinées dans diverses régions du Canada. Tout récemment, une recherche effectuée par une candidate au doctorat de l’Université d’Ottawa a révélé que ce nombre dépasse largement les 800 personnes. L’AFAC est la seule organisation qui a systématiquement amassé des données sur cette question, ce qui lui a permis de mettre le doigt sur nombre de facteurs et de points communs qui se traduisent par le fait que ces femmes et ces filles sont en danger.

Le travail novateur réalisé par l’AFAC a suscité d’un bout à l’autre du Canada une attention dont nous avons grand besoin sur la question générale des personnes disparues et assassinées. Il en est résulté une sensibilisation et une volonté politique accrues, et de nouvelles initiatives qui ont débouché sur des mesures clés en matière de justice, comme la création du Centre national pour les personnes disparues et les restes non identifiés. Il a également mené à des réponses spécifiques à des problèmes comme la traite d’êtres humains au Canada, un sujet qui avait été négligé jusque là.

L’AFAC appuie toutes les initiatives et les actions qui se rapportent à la sécurité et au besoin des victimes de tous les éléments de la population du Canada, quelle que soit leur origine ethnique. Cependant, les actions gouvernementales qui ont résulté de ces initiatives et de ces actions ne sont pas particulières aux femmes et aux filles autochtones; la preuve est pourtant faite qu’elles sont plus à risque de subir toutes les sortes de violence, y compris le meurtre. Ce gouvernement s’est montré plutôt inflexible, affirmant qu’il est bien conscient des causes premières de la violence envers les femmes et les filles autochtones au Canada, mais il a coupé le financement et les ressources à des initiatives qui sont justement au service de cette population vulnérable.

Le 14 février 2013, la Dre Carolyn Bennett, députée fédérale de St. Paul’s, a proposé une motion à la Chambre des communes pour la formation d’un comité spécial sur la question des femmes autochtones portées disparues ou assassinées au Canada. La Chambre des communes a adopté cette motion à l’unanimité le 26 février 2013. L’AFAC avait alors appuyé le concept d’un comité pour traiter de la question, estimant qu’il s’agissait d’une étape importante du travail préparatoire et que c’était le fondement de ce qui mènerait naturellement à la recommandation de tenir une enquête nationale publique sur la question des femmes et des filles autochtones disparues et assassinées ou d’élaborer un plan d’action national pour contrer la violence envers les femmes et les filles autochtones. L’AFAC ne voyait pas l’établissement du comité comme une solution pour remplacer la formation d’une commission d’enquête nationale publique en bonne et due forme et l’adoption d’un plan d’action national. Il est regrettable que ces deux éléments clés n’aient pas fait partie des recommandations du Comité spécial lorsqu’il a déposé son rapport, le 6 mars 2014.

Dès le début, l’AFAC a craint que, sans l’inclusion expresse et entière des femmes autochtones et de l’expertise qui ne pouvait être fournie que par les représentants des organismes autochtones nationaux, notamment l’AFAC, le Comité ne soit pas en mesure de remplir son mandat. Il résulte de la conjonction des problèmes d’ordre socioéconomique et de la violence racialisée et sexualisée que connaissent les femmes et les filles autochtones un problème complexe et difficile, et les personnes qui en font l’expérience directe sont les mieux placées pour s’attaquer.

L’AFAC a offert très tôt d’apporter son expertise et sa pleine participation au Comité spécial pendant toute la durée de ses délibérations. Elle a cherché à se faire reconnaître à titre de membre d’office sans droit de vote, comme ce fut le cas à la Commission Penner. Celle-ci1 avait permis à des membres non parlementaires de participer pleinement aux travaux du comité parlementaire, y compris l’élaboration du plan de travail, de la liste des témoins, des questions posées aux témoins, les déplacements des membres du Comité et la rédaction du rapport final.

Cette demande a été refusée. Le Comité a plutôt répondu, en novembre 2013, par une motion accordant à l’AFAC le statut d’« experte-conseil » et de « témoin expert », mais n’a pas donné à l’AFAC l’accès aux documents nécessaires pour donner suite à cette motion. Il est important de noter que le Comité avait alors déjà tenu 9 des 20 réunions prévues et qu’il se concentrait sur le thème final du plan de travail avant l’élaboration du rapport final. L’AFAC n’a pas eu accès au plan de travail, à la liste des témoins, au budget du Comité spécial sur la violence faite aux femmes autochtones pas plus qu’aux d’autres documents internes ou aux ressources qui auraient facilité un engagement, une inclusion et une participation véritables.

Selon l’AFAC, l’offre que lui a faite le Comité spécial de se présenter devant lui à titre d’« experte-conseil » et de « témoin expert » avait pour but de l’apaiser et de réduire les critiques négatives du public et des médias. Il est regrettable que, dans son rapport final, le Comité accuse l’AFAC d’avoir manqué à son rôle, alors que l’Association avait offert son expertise et sa pleine participation à tous les aspects des travaux du Comité, mais que celui-ci l’ait reléguée au rôle d’experte-conseil et de témoin expert. L’AFAC s’attendait à tout le moins, après l’adoption de la motion lui attribuant le rôle d’« experte-conseil » et de « témoin expert », à ce que des réunions aient lieu pour formuler des stratégies quant aux meilleurs moyens d’aborder la question de la violence envers les femmes et les filles autochtones dans la perspective du mandat du Comité. Comme nous l’avons indiqué, il n’y a pas eu de partage de l’information avec l’AFAC, ce qui a mis l’Association dans la situation précaire de sembler approuver les travaux et le rapport final du Comité sans discussion, sans s’y être investie pleinement.

Le Comité spécial sur la violence faite aux femmes autochtones s’est réuni pour la première fois le 26 mars 2013 et il a organisé son étude de la question en l’abordant sous l’angle de trois thèmes principaux : la violence et ses causes profondes, l’assistance de première ligne et la prévention de la violence à l’égard des femmes et des filles autochtones; peu de temps après, il a dressé la liste des témoins en se fondant sur ces thèmes. Ni l’AFAC ni d’autres organisations autochtones n’ont été invitées à contribuer à l’élaboration du plan de travail ou de la liste des témoins, pas plus qu’on ne leur a fait savoir comment et pourquoi ces thèmes particuliers avaient été choisis.

Le Comité spécial a tenu 20 réunions en tout, il a entendu 62 témoins, dont 15 étaient des membres de familles éprouvées par la disparition ou le meurtre d’une des leurs. Grâce à l’implication et aux efforts de l’AFAC, le Comité a pu entendre le témoignage de membres de familles de femmes autochtones assassinées lors de la séance spéciale qui a eu lieu le 9 décembre 2013. Par coïncidence, l’AFAC avait convoqué son rassemblement annuel des familles cette même fin de semaine, réunissant ainsi à Ottawa des dizaines de membres de familles de femmes et de filles autochtones disparues et assassinées. Le Comité spécial voulait entendre le témoignage de membres des familles parler de leur expérience personnelle et il a demandé l’aide de l’AFAC à cet égard. Même si l’AFAC se sentait exclue des travaux du Comité, elle a aidé à organiser la séance de dialogue entre le Comité et les membres des familles.

Le Comité spécial sur la violence faite aux femmes autochtones comprenait sept membres du Parti conservateur, quatre du Nouveau Parti démocratique et une du Parti libéral. Tous les membres du Parti conservateur, sauf la présidente, étaient des secrétaires parlementaires. Le recours à des secrétaires parlementaires peut présenter de nombreux avantages, mais il peut aussi créer des problèmes pour différentes raisons; par exemple, il serait moins probable que les témoins du gouvernement critiquent le travail du ministère qu’ils représentent et s’attacheraient plutôt à faire valoir les initiatives gouvernementales en cours. De plus, ils seraient moins susceptibles de s’opposer à la position actuelle du gouvernement en ce qui concerne la tenue d’une enquête nationale sur la disparition et le meurtre de femmes et de filles autochtones et l’adoption d’un plan national d’action pour mettre fin à la violence envers les femmes et les filles autochtones.

Il n’est pas question dans le rapport final du Comité spécial ni dans ses recommandations de tenir une enquête nationale publique sur la disparition et le meurtre de femmes et de filles autochtones ni d’établir un plan national d’action pour contrer la violence envers les femmes et les filles autochtones. Sur les 16 recommandations du Comité, cinq seulement traitent des femmes et des filles autochtones en particulier. Les recommandations sont principalement de nature générale et appuient les initiatives et les actions en cours qui correspondent aux priorités du gouvernement.

En outre, aucune action concrète qui répondrait immédiatement aux besoins des femmes et des filles autochtones le plus exposées au danger et à ceux des familles des femmes et des filles disparues et assassinées qui ont besoin de services de soutien et de ressources. En fait, on peut percevoir par le ton global du rapport que le blâme est jeté sur les Autochtones seulement.

Notons qu’il n’est fait mention dans le rapport du Comité spécial ni des répercussions de la colonisation ni du besoin d’une réconciliation complète et véritable. La guérison ne peut pas être à sens unique, car elle aurait alors pour effet de blâmer les victimes et de favoriser la discrimination et le racisme. Il faut reconnaître les problèmes systémiques et les causes premières qui entravent un progrès sain, essentiel à la vie pour les Autochtones, dans toutes leurs dimensions. On pourrait dire que le Comité spécial lui-même, en vertu de ses interactions avec l’AFAC et de son approche paternaliste de l’engagement, a démontré comment se présentent ces problèmes systémiques et ces causes profondes. C’est vraiment dommage que le Comité formé pour effectuer une tâche aussi importante ait lui-même fait obstacle à la réussite de son propre travail. La conclusion la plus naturelle de ce travail aurait dû être un appel à l’action véritable au moyen d’une enquête nationale et d’un plan d’action. L’AFAC craint que le rapport du Comité spécial n’en soit qu’un de plus qui sera remisé sur une tablette où il amassera la poussière, qui représente une année de plus d’inaction par ce gouvernement. Et combien de vies auront été perdues pendant ce temps? Où sont les véritables solutions, les véritables actions promises lorsque ce comité a été établi? Pourquoi offre-t-il plus de mesures générales, mais rien de particulier pour répondre à nos besoins véritables en tant que femmes autochtones? Qu’est-ce que les recommandations du Comité offre aux familles des femmes et des filles autochtones disparues et assassinées?

Pour sa part, l’AFAC recommande :

  • La mise sur pied d’une commission nationale d’enquête publique sur la question des femmes et des filles autochtones disparues et assassinées au Canada.
  • L’établissement d’un plan d’action national pour contrer la violence envers les femmes et les filles autochtones.
  • La tenue d’un forum annuel pour informer la population du Canada, les prestataires de services, les éducateurs, les services de police, les décideurs et les gestionnaires de programmes, les directeurs, les dirigeants et les politiciens à la question de la violence envers les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées, à la disparition et au meurtre de femmes et de filles autochtones, et les sensibiliser à ce sujet. De plus, qu’un segment particulier de ce forum rassemble des représentants des familles éprouvées par la disparition ou le meurtre de femmes et de filles autochtones pour faire en sorte que leurs voix soient entendues et que des solutions soient trouvées pour tenir compte de leurs circonstances exceptionnelles.
  • Qu’un financement spécial soit mis de côté pour relancer la base de donnes de Soeurs par l’esprit et la mettre à jour, et qu’un financement soit attribué à la recherche sur l’incidence et la fréquence des actes de violence envers les femmes et les filles autochtones

Le rapport du Comité spécial sur la violence faite aux femmes autochtones comprend des rapports dissidents du Nouveau Parti démocratique et du Parti libéral. L’AFAC appuie entièrement les rapports dissidents déposés par ces deux partis.

Réponse de l’AFAC au Comité spécial sur la violence faite aux femmes autochtones

Please follow and like us: