COMMUNIQUÉ : L’AFAC forme un partenariat avec EDSC pour élaborer un cadre autochtone d’apprentissage et de garde des jeunes enfants

OTTAWA (Ontario), le 31 mai 2017 – L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC)  reconnaît les répercussions continues de la colonisation sur l’expérience des soins et de l’enseignement que reçoivent les enfants autochtones. C’est pourquoi l’AFAC s’associe à Emploi et Développement social Canada (EDSC) dans le but élaborer un cadre autochtone d’apprentissage et de garde des jeunes enfants afin d’assurer la prestation de soins culturellement appropriés qui reflètent les besoins particuliers des enfants et des familles des Métis et des Premières Nations.

Bon nombre de familles autochtones à faible revenu sont actuellement exclues de l’accès à des services de garde de haute qualité. En l’absence d’autres options à prix abordable, les enfants reçoivent des services qui imitent un environnement institutionnel et favorisent la poursuite d’un processus continu de colonisation et d’assimilation. Les enfants handicapés ne sont pas soutenus adéquatement, l’offre de services culturellement appropriés est nulle et des installations insuffisamment dotées en personnel  créent un manque de développement des capacités.

L’application de techniques d’apprentissage et la prestation de services de garde des jeunes enfants de qualité sont essentielles au développement sain des enfants et constituent un facteur déterminant solide de leur réussite par la suite. La présidente intérimaire de l’AFAC, Francyne D. Joe, propose ce qui suit relativement au vif contraste entre les réalités que vivent les enfants autochtones et les étapes nécessaires à franchir en vue de la réconciliation :

« Il est inacceptable que les enfants autochtones continuent de recevoir des services inférieurs à ceux dont les enfants non autochtones au Canada font l’objet. Notre culture reconnaît la valeur de chaque individu et se réjouit de leurs talents d’une manière qui insuffle aux enfants un sens vigoureux de leur valeur et de leur appartenance; leur enfance est incomplète s’ils n’acquièrent pas ces valeurs ou s’ils n’intègrent pas ces traditions. Nous nous réjouissons à la perspective de travailler avec Emploi et Développement social Canada pour élaborer conjointement un cadre autochtone de l’apprentissage et de la garde des jeunes enfants qui créera un lieu d’apprentissage favorisant la fierté chez nos enfants et les aidera à cheminer vers la réussite. »

L’AFAC et EDSC ont déjà entrepris une démarche d’engagement de la base auprès de femmes autochtones afin de mieux saisir les changements positifs qui contribueront à établir ce cadre. Des membres de familles, des communautés, des éducateurs de la petite enfance et des experts ont été mis à contribution à l’échelle du pays par l’intermédiaire de sondages en ligne et de séances de table ronde.

Aujourd’hui, EDSC poursuit son processus d’engagement en ligne avec le lancement d’un nouveau programme portant sur les récits et les recommandations d’Autochtones des différentes régions du pays à propos de l’apprentissage et de la garde des jeunes enfants. L’AFAC encourage les femmes autochtones qui utilisent des programmes d’apprentissage et de garde des jeunes enfants à raconter leurs histoires et à présenter leurs idées en anglais, en français ou dans des langues autochtones jusqu’à ce que les séances prennent fin, en juillet 2017.

Pour obtenir plus d’information ou participer à une séance de participation en ligne avec le gouvernement du Canada, consultez la page Web du processus d’engagement de l’apprentissage et de la garde des jeunes enfants, ici.

Pour répondre au sondage en ligne de l’AFAC sur cet engagement, cliquez ici.

Please follow and like us:

Le Réseau d’entrepreneuriat des femmes d’affaires autochtones

« Le pouvoir est dans votre âme. C’est ce que vos ancêtres, votre vieux peuple vous ont donné. Le pouvoir est dans la terre; il est dans votre lien avec la terre. »  – Winona LaDuke Traduction libre
Le Réseau d’entrepreneuriat des femmes d’affaires autochtones (REFAA) fut créé afin d’offrir un environnement delady collaboration, sécuritaire, solidaire, stimulant et culturellement réceptif qui répond aux défis uniques des femmes autochtones entrepreneures et des jeunes femmes autochtones aspirantes entrepreneures.. Dans le cadre de la conférence tenue le 11 février 2015, des femmes entrepreneures, conférencières et pairs furent invités au Musée de l’histoire canadienne pour partager leur sagesse et leurs connaissances sur les pratiques d’affaires exemplaires, de même que pour réseauter avec d’autres entrepreneures. Plus de 100 personnes ont participé à la conférence de cette année, qui fut un grand succès!

Voici une liste de certaines des conférencières, panellistes et animatrices d’ateliers

  • Suzette Amaya (propriétaire, SAMAYA Entertainment; invitée à Big Brother Canada)
  • Devon Fiddler (propriétaire, SheNative)
  • Tim Harris (propriétaire, Tim’s Place Restaurant)
  • Sonia Boileau (cinéaste gagnante d’un Prix Gemini)
  • Shyra Barberstock (co-fondatrice, Okwaho Communications)
  • Isabelle Aube (Native Way Training Services)

panelNous souhaitons remercier toutes nos conférencières, bénévoles ainsi qu’Affaires autochtones et Développement du Nord-Canada et la Fédération de l’Ontario pour les centres d’amitiés de leur soutien!

 

Pour plus de détails sur la Conférence du REFAA, veuillez visiter notre site web au : www.awben.ca

Please follow and like us: