OTTAWA – Une analyse en profondeur des plateformes électorales des cinq principaux partis politiques qui s’affrontent dans l’élection fédérale de 2021 révèle que certains promettent des mesures directement alignées sur les priorités des femmes autochtones au Canada, tandis que d’autres ratent la cible.

L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) a engagé la firme de sondage Nanos Research pour comparer les plateformes des partis en fonction des 10 questions de politiques déterminées de première importance selon l’AFAC. Ce sont les droits de la personne, l’autodétermination, la réconciliation, l’environnement, la salubrité de l’eau, le logement, le bien-être des enfants, la justice et la police, l’emploi et le développement économique, ainsi que les soins de santé. Il en résulte un document de 79 pages, intitulé « SCORECARD: Where do the federal parties stand on Indigenous women’s issues » [CARTE DE POINTAGE : quelle est la position des partis politiques fédéraux sur les questions qui concernent les femmes autochtones]; on peut consulter le document [en anglais seulement], ainsi que le document de l’AFAC faisant état des priorités, sur le site Web de l’Association (www.NWAC.ca).

Le Nouveau Parti démocratique a obtenu un A parce qu’il aborde les besoins criants des femmes autochtones dans presque tous les domaines. Les promesses des Libéraux et du Parti vert se rapprochent des priorités des femmes autochtones, ce qui leur a valu un B.

Mais il y a des lacunes de taille dans les engagements des Conservateurs et du Bloc Québécois lorsqu’il s’agit des questions dont le prochain gouvernement du Canada devra s’occuper en ce qui concerne les femmes autochtones. Ces partis ont obtenu un D.

Pour la question de la salubrité de l’eau potable, par exemple, le NPD et les Libéraux ont obtenu 5 points sur 5 pour leurs engagements dans le cadre de la campagne électorale, le Parti vert et les Conservateurs ont obtenu 3 points sur 5 et le Bloc 1 point. À propos de la réconciliation et des pensionnats, le NPD a obtenu un 5, le Parti vert un 4 et les autres parties un 3.

L’AFAC appuie cette analyse exhaustive qui suit un sondage Nanos au mois d’août où la majorité de Canadiennes et de Canadiens qui ont participé ont répondu que la réconciliation avec les Autochtones est importante pour eux et aurait un effet sur leur vote dans cette élection. L’AFAC a commandé cette analyse afin d’aider les femmes autochtones à choisir le parti qu’elles vont soutenir en marquant leur bulletin de vote, mais compte tenu de la demande exprimée à travers le Canada pour que les gouvernements agissent dans les dossiers autochtones, nous espérons que l’analyse aura une influence sur le vote de l’électorat canadien en général aussi.

Il faut insister sur le fait que ce rapport porte sur les plateformes de la campagne électorale en cours; il ne s’agit ni d’une évaluation de la performance des chefs de partis ni de leurs dossiers antérieurs en la matière. L’AFAC fait remarquer aussi que les promesses ne valent que dans la mesure où elles sont tenues après que les partis sont élus; trop souvent, ce qui a été promis pendant la campagne ne se réalise pas une fois que les partis sont au pouvoir.

« La CARTE DE POINTAGE indique clairement que certains partis comprennent mieux que d’autres les besoins pressants des femmes des Premières Nations, des Métisses et des Inuites », a dit Lynne Groulx, directrice générale de l’AFAC. « Nous aimerions avoir une conversation avec ces partis qui n’ont pas obtenu une très bonne note dans cette carte de pointage. Nous aimerions parler de ce qu’ils peuvent faire pour améliorer la vie des femmes autochtones. C’est de ça qu’il s’agit quand on parle de réconciliation ».

Pour obtenir plus d’information ou prendre des dispositions pour une interview, contacter Gloria Galloway, par téléphone : 613-447-6648 ou par courriel : gloria@gloriagalloway.com.