28 septembre 2021

 

OTTAWA – L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) fait appel aux premiers ministres de toutes les provinces et des territoires du Canada pour qu’ils reconnaissent le 30 septembre, Journée nationale de la vérité et de la réconciliation, comme un jour férié dans les limites de leurs territoires respectifs.

 

En proclamant ce nouveau jour férié national, le gouvernement fédéral a donné suite à un des 94 appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation.

 

La Journée nationale de la vérité et de la réconciliation est un jour à mettre de côté, comme a dit la Commission, pour « honorer les survivants (des pensionnats indiens), leurs familles et leurs collectivités et s’assurer que la commémoration de l’histoire et des séquelles des pensionnats demeure un élément essentiel du processus de réconciliation ».

 

Mais la journée n’est pas marquée de manière égale à travers le pays, il y a une courtepointe de reconnaissance officielle; certaines provinces disent oui à la déclaration d’un jour férié national, d’autres disent non et d’autres encore font des accommodements partiels.

 

« L’appel à l’action numéro 80 vise le gouvernement fédéral, mais c’était manifestement l’intention de la Commission de vérité et réconciliation que toute la population du Canada réfléchisse aux séquelles des pensionnats et à la relation entre les peuples autochtones et le reste du Canada, a dit la présidente, Lorraine Whitman. Ils devraient avoir le temps de le faire. »

 

Malgré le fait que le Canada a déjà de nombreux jours fériés nationaux, il n’y en a aucun qui honore la relation avec les Premiers Peuples de ce pays. Aucun ne célèbre le patrimoine des Premières Nations, des Métis et des Inuits. Aucun ne marque l’abondance des ressources qu’ils ont partagées avec les colons et les descendants des colons. Aucun ne sert à rappeler les répercussions de la colonisation.

 

Pourtant, c’est exactement sur cette relation que le pays du Canada a été construit. Et selon des sondages nationaux récents, pour la majorité des Canadiens et Canadiennes il est temps qu’une véritable réconciliation ait lieu.

 

« Soyons clairs, c’est une question de droits de la personne, pas une question politique », a dit la directrice générale de l’AFAC, Lynne Groulx. « Si la population de l’ensemble du pays ne se rallie pas à ce point de vue, ce ne sera pas une véritable réconciliation, mais une réconciliation fracturée. »

 

Alors que nous marquons cette journée, qui est également la journée du chandail (T-shirt) orange, Mme Whitman dit : « nous voulons que toute la population du Canada se joigne à nous dans la réflexion et la réconciliation ».

 

-30-

 

Pour obtenir plus d’information ou prendre des dispositions pour une interview, communiquer avec Gloria Galloway, au 613‑447‑6648 ou à gloria@gloriagalloway.com