News Conference Speaking Notes

Lorraine Whitman, President Native Women’s Association of Canada
On the First Anniversary of
Reclaiming Power and Place: The Final Report of the national Inquiry into
Missing and Murdered Indigenous Women and Girls
June 3, 2020

(Check Against Delivery)

 

Good afternoon. My name is Elder Lorraine Whitman – Grandmother White Sea Turtle – and I would like to acknowledge my traditional territory of the Mi’kmaq.

I am also the President of the Native Women’s Association of Canada which means I represent and defend the rights of First Nations, Metis and Inuit women across Canada and internationally.

We are reaching out to you today to commemorate the first anniversary of the day that the Final Report of the National Inquiry on Missing and Murdered Indigenous Women was delivered into the hands of Prime Minister Justin Trudeau.

It is not an anniversary that we are marking with any great happiness after the news, last week, that the federal government will not be releasing, in June, a promised National Action Plan to address the 231 Calls For Justice of the National Inquiry.

Instead of a National Action Plan, we are left with a lack-of-action plan.

But I DO want to share some good news.

Because, while the government has not been able to find the time over the past 12 months to conduct the consultations it says are necessary to draft an action plan, Canada’s Indigenous women have been working hard to increase the safety of our communities, and especially of our mothers, our daughters, our sisters, and our aunties.

The sad fact is, we cannot afford to do nothing in the face of the violence that continues to take the lives of Canada’s First Nations, Metis and Inuit women.

I cannot speak to all of the efforts being made by Indigenous women across Canada to stop the killings and disappearances, and to force the authorities to bring the perpetrators to justice. But I can tell you a little about what NWAC has done since June 2019.

We have come up with our own 10-point plan for addressing the Calls for Justice.

We have held a roundtable, funded in part by Ottawa, to find out what grassroots Indigenous women think should be the priorities moving forward.

We have created webinars and used social media to distribute information to Indigenous women, health-care providers and others to help them understand how to keep our people healthy in a culturally sensitive way.

We have started commemorative campaigns and commissioned commemorative art.

We have collaborated with universities and correctional institutions to create programs aimed at Indigenous women.

We have spoken out repeatedly on the international stage. We have written legal papers defending the rights of Indigenous women.

We have communicated often with Canadian politicians to remind them that the issue of the missing and murdered women has not gone away.

And we are working on a major project, to be announced shortly, that will be aimed at healing those who have been damaged by this ongoing tragedy.

This is what Indigenous women are doing for Indigenous women.

So let’s talk very briefly about the federal government’s lack of action.

NWAC has compiled a report card of the government’s progress on the Calls For Justice, just as we compiled report cards on the Inquiry when it was doing its work.

Rather than assess each of the 231 calls, we looked at the four broad pathways that the Inquiry commissioners said have helped to maintain the violence – culture, health, security, and the right to justice.

Sadly, in none of those four areas has the government done enough for us to give it a score. It failed.

But we will not give up. We plan to provide continuous report cards in the coming months and years to measure the progress, or lack of progress, that is being made. And we hope to have a better story to tell in the future.

Ottawa says the global pandemic prevented the kind of consultation required for an action plan.

They had nine months before the pandemic hit to reach out to us and other Indigenous groups. But I can tell you that NWAC did not hear much from them during that time.

I can also tell you that the Indigenous women who attended our roundtable said there has been enough consultation, that the report of the National Inquiry and the 231 Calls For Justice already prescribe the road ahead, and that the time to act is now – not years from now or even months from now.

Saying the pandemic is standing in the way of a National Action Plan is a double slap in the face to Indigenous women who are living in even greater fear of violence because of the isolation brought by the disease.

An internet survey completed recently for NWAC suggests that 18 per cent of Indigenous women and 25 per cent of Two Spirits have experienced violence in the past three months.

These are things we have been trying to tell the government. But they have not been doing much listening.

In May, with this anniversary day drawing near, there had been no requests for input from Minister Bennett’s office regarding what should go into a National Action Plan. So we wrote to the department and offered eight measures of our own that could form the basis of such a document.

First, we asked them to keep the promise of releasing a National Action Plan in June. They have already failed to deliver on that.

In addition, we asked that they establish a national task force of investigators to reopen unresolved files of missing and murdered women.

We asked that they establish a national database to record the details of the crimes committed against Indigenous women.

We asked that they provide funding to establish a unit within NWAC to work on the issues related to the Calls For Justice and to monitor progress.

We asked for financial help in launching a public awareness campaign aimed and eliminating racism and sexism.

We asked the government to commit to bringing NWAC to the table whenever decisions are being made that impact the rights of Indigenous women, girls and gender-diverse people.

We asked that the government support a virtual international summit to examine the best practices being deployed by countries in the Americas to deal with COVID-19 and its impacts on Indigenous women.

And we asked for help in expanding the scope of that major healing project I mentioned earlier.

You will see that we have also written an in-depth policy paper that demonstrates Canada’s international legal obligations to make reparations for the harms done to Indigenous women and girls, and for the violations of their human rights.

Addressing the 231 Calls For Justice would start those reparations.

Frankly, the Minister’s explanation that there has not been enough consultation to draft a first National Action Plan simply does not hold water. As she has said herself, the plan was always intended to be a living document.

It was supposed to be the start of something that would be expanded and modified over the coming years to gradually weave an impenetrable safety blanket for Indigenous women.

Instead of the start of something, we are left with nothing.

Even so, we have not abandoned hope that the government will release a plan in the near future, and that our suggestions will be taken seriously. We are willing to do whatever is necessary to help make that happen.

We have not abandoned hope in the federal government. We hope that the federal government has not abandoned the Indigenous Women of Canada.

 


 

Aide-mémoire pour la conférence de presse

Lorraine Whitman, présidente de l’Association des femmes autochtones du Canada
à l’occasion du premier anniversaire de
Réclamer notre pouvoir et notre place : le rapport final de l’Enquête nationale
sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées

Le 3 juin 2020

(La version prononcée fait foi)

 

Bonjour. Je suis l’Aînée Lorraine Whitman – Grand-mère Tortue marine blanche – et je tiens à reconnaître mon territoire traditionnel mi’kmaw.

Je suis également présidente de l’Association des femmes autochtones du Canada, ce qui veut dire que je représente et défends les droits des femmes des Premières Nations, des Métisses et des Inuites partout au Canada et sur la scène internationale.

Nous vous tendons la main aujourd’hui pour marquer le premier anniversaire du jour où le rapport final de l’Enquête nationale sur les femmes autochtones disparues et assassinées a été remis en main propre au premier ministre Justin Trudeau.

Ce n’est pas un anniversaire que nous marquons avec beaucoup de bonheur après avoir appris, la semaine dernière, que le gouvernement fédéral ne présentera pas, en juin, le plan d’action national promis pour répondre aux 231 Appels à la justice de l’Enquête nationale.

Au lieu d’un plan d’action national, il nous reste un plan d’inaction.

Mais je VEUX partager de bonnes nouvelles.

Parce que, si le gouvernement n’a pas pu trouver le temps au cours des 12 derniers mois de tenir des consultations qu’il estime nécessaires pour rédiger un plan d’action, les femmes autochtones du Canada ont travaillé d’arrache-pied pour accroître la sécurité de nos communautés et surtout celle de nos mères, de nos filles, de nos sœurs et de nos tantes.

La triste vérité, c’est que nous ne pouvons pas nous permettre de ne rien faire devant la violence qui continue de prendre la vie de femmes des Premières Nations, de Métisses et d’Inuites du Canada.

Je ne peux pas parler de tous les efforts qui sont faits par des femmes autochtones à la grandeur du Canada pour mettre fin aux meurtres et aux disparitions et obliger les autorités à traduire les coupables en justice. Mais je peux vous parler un peu de ce que l’AFAC a fait depuis juin 2019.

Nous avons établi notre propre plan en 10 points pour répondre aux Appels à la justice.

Nous avons organisé une table ronde, financée en partie par Ottawa, pour trouver ce que les femmes autochtones de la base pensent qui devrait être prioritaire à l’avenir.

Nous avons créé des webinaires et nous avons utilisé les réseaux sociaux pour distribuer de l’information aux femmes autochtones, aux prestataires de soins de santé et à d’autres, pour les aider à comprendre comment garder nos gens en santé d’une manière culturellement sensible.

Nous avons entrepris des campagnes de commémoration et commandé des œuvres d’art commémoratives.

Nous avons collaboré avec des universités et des établissements correctionnels pour créer des programmes à l’intention des femmes autochtones.

Nous avons pris la parole à plusieurs reprises sur la scène internationale. Nous avons rédigé des documents juridiques pour défendre les droits des femmes autochtones.

Nous avons communiqué souvent avec les politiciens canadiens pour leur rappeler que le problème des femmes autochtones disparues et assassinées n’a pas cessé d’exister.

Et nous travaillons à un grand projet, que nous annoncerons bientôt, qui sera axé sur la guérison de celles qui ont été brisées par cette tragédie qui n’en finit plus.

C’est ça que les femmes autochtones font pour les femmes autochtones.

Alors, parlons très brièvement de l’inaction du gouvernement fédéral.

L’AFAC a produit une fiche de rendement faisant état du progrès accompli par le gouvernement dans la réponse aux Appels à la justice, comme nous avons compilé des fiches de rendement sur l’Enquête pendant qu’elle se déroulait.

Plutôt que d’évaluer chacun des 231 Appels à la justice, nous nous sommes penchées sur les quatre grandes voies dont les commissaires de l’Enquête nationale ont dit qu’elles ont contribué à maintenir la violence – la culture, la santé, la sécurité et le droit à la justice.

Malheureusement, le gouvernement n’en a pas fait assez dans aucun de ces domaines pour que nous puissions le coter. Ça a échoué.

Mais nous n’abandonnerons pas. Nous prévoyons continuer à produire des fiches de rendement au cours des prochains mois et des prochaines années pour mesurer le progrès accompli par le gouvernement, ou l’absence de progrès. Et nous espérons avoir une meilleure histoire à raconter à l’avenir.

Ottawa dit que la pandémie mondiale l’a empêché de tenir la sorte de consultation requise pour préparer un plan d’action.

Ils ont eu neuf mois avant que la pandémie frappe pour nous tendre la main, à nous et à d’autres groupes autochtones. Mais je peux vous dire que l’AFAC n’a pas entendu grand-chose venant d’eux pendant ce temps.

Je peux également vous dire que les femmes autochtones qui ont participé à notre table ronde ont dit qu’il y avait eu assez de consultations, que le rapport de l’Enquête nationale et les 231 Appels à la justice ont déjà indiqué la route à suivre et que le temps d’agir est venu, maintenant – non pas dans des années ou même des mois.

Dire que la pandémie fait obstacle au plan d’action national est doublement insultant pour les femmes autochtones qui vivent dans une crainte encore plus grande de la violence à cause de l’isolement dû à la maladie.

Un sondage Internet réalisé récemment pour l’AFAC, et vérifié par la firme Nanos Research, suggère que 18 pour cent des femmes autochtones et 25 pour cent des personnes Deux-Esprits ont fait l’objet d’actes de violence au cours des trois derniers mois.

Ce sont des choses que nous avons tenté de dire au gouvernement. Mais il n’écoute pas beaucoup.

En mai, à l’approche de la date anniversaire, nous n’avions pas reçu de demandes du bureau de la ministre Bennett au sujet de ce que le plan d’action national devrait contenir. Alors, nous avons écrit au Ministère et proposé huit mesures de notre propre cru qui pourraient former la base d’un tel document.

D’abord, nous leur avons demandé de tenir la promesse de publier le plan d’action national en juin. Ils ont déjà manqué à cette promesse.

De plus, nous leur avons demandé d’établir un groupe de travail national d’enquêteurs pour rouvrir les dossiers de cas non résolus de femmes tuées ou portées disparues.

Nous leur avons demandé d’établir une base de données nationale pour consigner les détails des crimes commis envers des femmes autochtones.

Nous leur avons demandé de nous fournir le financement nécessaire à l’établissement d’une unité au sein de l’AFAC pour travailler sur des questions relatives aux Appels à la justice et pour surveiller les progrès accomplis.

Nous avons demandé une aide financière pour lancer une campagne publique de sensibilisation dans le but d’éliminer le racisme et le sexisme.

Nous avons demandé au gouvernement de s’engager à amener l’AFAC à la table lorsque sont prises des décisions qui ont des répercussions sur les droits des femmes, des filles et des personnes de diverses identités de genre autochtones.

Nous avons demandé au gouvernement d’appuyer un sommet virtuel international afin d’examiner les pratiques exemplaires élaborées par d’autres pays des Amériques pour contrer la COVID-19 et ses impacts sur les femmes autochtones.

Et nous avons demandé de l’aide pour élargir la portée de ce grand projet de guérison que j’ai mentionné plus tôt.

Vous verrez que nous avons également rédigé un document d’orientation en profondeur qui démontre les obligations juridiques du Canada sur le plan international de prendre des mesures de réparation pour les préjudices causés aux femmes et aux filles autochtones et pour la violation de leurs droits fondamentaux.

Répondre aux 231 Appels à la justice serait un début de réparation.

Franchement, l’explication de la ministre, selon laquelle il n’y a pas eu assez de consultations pour rédiger un premier projet de plan d’action national, ne tient tout simplement pas la route. Comme elle l’a dit elle-même, il a toujours été prévu que le plan serait un document à caractère évolutif.

Ce devait être le début de quelque chose qui aurait pris de l’ampleur et qui aurait été modifié au cours des prochaines années pour tisser graduellement une couverture impénétrable qui protégerait les femmes autochtones.

Au lieu du début de quelque chose, nous voilà devant rien.

Pourtant, nous n’avons pas abandonné l’espoir que le gouvernement fasse connaître un plan dans un avenir rapproché, et que nos suggestions seront prises au sérieux. Nous sommes prêtes à faire ce qu’il faut pour aider à faire en sorte qu’il en soit ainsi.

Nous n’avons pas abandonné l’espoir envers le gouvernement fédéral. Nous espérons que le gouvernement fédéral n’a pas abandonné les femmes autochtones du Canada.